Le SMIG reste élevé au Maroc, selon les experts de Bank Al-Maghrib

2200

D’après une étude menée par des chercheurs de Bank Al-Maghrib (BAM), « le ratio du salaire minimum sur le salaire moyen demeure sensiblement élevé au Maroc ». 

C’est ce qui ressort d’un document de travail de BAM sur le salaire minimum et son impact sur l’économie, rapporte ce matin Aujourd’hui le Maroc qui souligne que la distribution salariale est concentrée autour du SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti), en particulier durant les années marquées par une faible croissance.

Le relèvement du SMIG et du SMAG (salaire minimum agricole garanti) ne dépend pas « d’un calendrier préétabli mais découle des échanges entre les différentes parties prenantes dans le cadre du dialogue social », déclare la BAM auprès de nos confrères.

 

Lire aussi : 38% des salariés au Maroc touchent moins que le SMIG

 

L’institution précise: « En 2019, le SMIG et le SMAG ont été respectivement de l’ordre de 2.698 DH et 1.903 DH mensuellement, soit un salaire horaire de 14.13 DH et 9.15 DH. Depuis leur instauration, les deux salaires ont été revalorisés en même temps et avec le même taux. Entre 1999 et 2019, ils ont été revalorisés dix fois à partir d’un niveau initial de 1.659 DH pour le SMIG et de 1.075 DH pour le SMAG mensuellement ».

Ainsi, les chercheurs de l’étude qualifient d’élevé « le niveau du SMIG sur le salaire global ». « L’importance du salaire minimum au Maroc reste un fait marquant (environ 43% du salaire moyen non agricole selon les données du HCP en 2015 et 59% du salaire moyen selon les données de la CNSS en 2014) pouvant indiquer des effets positifs sur les salaires mais néanmoins négatifs sur l’emploi », concluent-ils.