Le Maroc classé 5e en Afrique en matière de e-commerce

1628

Le Maroc gagne ainsi une place  par rapport à l’an dernier dans ce classement basé sur l’indice du commerce électronique d’entreprise à consommateur (B2C) élaboré en 2015 par la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement). Son positionnement s’est également amélioré au niveau mondial passant de la 85e à la 81e place sur 151 pays évalués.
C’est ce que montre le classement 2018 rendu public lundi 10 décembre dans le cadre de la Semaine africaine du commerce électronique organisée du 10 au 14 décembre à Nairobi au Kenya. Les critères mesurés par l’indice renseignent notamment sur le nombre d’acheteurs en ligne, le niveau de sécurité des serveurs et la facilité de paiement et de livraison.
Le royaume s’est fait remarquer par des taux supérieurs à la moyenne africaine. 62% des Marocains utilisent Internet alors que «les trois quarts de la population (d’Afrique, ndlr) n’ont pas encore commencé à l’utiliser», a déclaré  Mukhisa Kituyi, Secrétaire général de la CNUCED. Dans ce domaine, le Maroc décroche la première place en Afrique, ex aequo avec le Gabon et devant l’Afrique du Sud (59%) et la Tunisie (56%). Il se positionne au-dessus de la moyenne africaine (26%) et même mondiale (54%).
De plus, le taux de pénétration de serveurs internet sécurisés s’élève à 54% au Maroc, soit 15 points de plus par rapport au classement de 2017. Le taux marocain s’avère très performant comparé à l’Afrique du Sud (83%), l’Île Maurice (56%) et même au niveau mondial (56% également).
Lire aussi : La Banque Populaire lance le service de paiement en ligne «[email protected]»
Là où le bât blesse pour le Maroc, c’est sur la propension de ses citoyens à avoir un compte bancaire, soit 29% de la population, ne lui permettant pas d’accéder au top 10 africain. Il se situe en dessous de la moyenne africaine (40%) et mondiale (60%). En comparaison à l’échelle africaine, Maurice affiche un taux de 90% et le Kenya de 82% pour ce critère.
68 % des internautes de l’Union européenne ont acheté en ligne en 2017, contre seulement 13 % des internautes africains en moyenne. Malgré les retards en la matière présentés par l’Afrique, le Secrétaire général de l’organe onusien s’est montré optimiste et  a observé «une progression des indicateurs clefs du commerce d’entreprise à consommateur à l’échelle du continent».
Lire aussi : Internet: la démocratisation en marche !
En tête de rang dans le classement africain, l’île Maurice (pour sa proportion de comptes bancaires ou porte-monnaies mobiles), suivie du Nigeria (pour la fiabilité de ses services postaux), l’Afrique du Sud (pour la densité de ses serveurs sécurisés) et la Tunisie, respectivement 55e, 75e, 77e et 79e au niveau mondial.
Côté européen, les Pays-Bas occupent pour la première fois la première marche du podium mondial, détrônant ainsi le Luxembourg, mauvais élève cette année ne faisant même pas partie du top 10. Singapour se place en deuxième position avec une amélioration de 16 places et la Suisse prend la troisième place. Au total, 8 des dix premiers pays au classement sont européens (sauf Singapour et la Nouvelle-Zélande).