Le HCP prévoit une croissance du PIB de 3,5% en 2020

666
DR.

L’économie nationale devrait enregistrer un Produit Intérieur Brut (BIB) en croissance de 3,5% en 2020 contre 2,3% une année auparavant, estime le Haut Commissariat au Plan.

« Compte tenu d’une évolution de 4,2% des impôts et taxes sur produits nets de subventions, le Produit Intérieur Brut devrait s’accroitre de 3,5% en 2020 au lieu de 2,3% estimé pour 2019 », indique le HCP qui vient de rendre public le Budget Economique Prévisionnel 2020, présentant l’analyse de la situation macro-économique en 2019 et les perspectives de son évolution en 2020.

En terme nominal, le Produit Intérieur Brut devrait enregistrer une progression de 4,7% au lieu de 3,2% en 2019, fait savoir le HCP, notant que cette évolution fait ressortir une légère hausse de l’inflation, mesurée par l’indice implicite du PIB, de 1,1% au lieu de 0,8% en 2019.

Dans ce contexte, le secteur primaire devrait connaitre une hausse de l’ordre de 6,4% en 2020 au lieu d’une baisse de 4,3% enregistrée en 2019, relève le HCP, ajoutant que les activités du secteur secondaire hors énergie, devraient s’affermir avec une croissance de 3% en 2020 contre 2,3% en 2019.

Parallèlement, le secteur tertiaire devrait maintenir son niveau de croissance à 3,1% en 2020, suite à l’amélioration des activités des services marchands, en particulier, celles du commerce et du transport, tirées par la vigueur de la demande intérieure.

 

Lire aussi: HCP: le pouvoir d’achat des ménages en amélioration à 0,4% en 2018

Quant aux services non marchands, ils devraient se consolider pour dégager une valeur ajoutée en hausse de 3% en 2020, en relation avec la mise en œuvre de la deuxième tranche de l’augmentation des salaires dans l’administration publique, souligne la même source, notant que globalement, les activités non agricoles devraient augmenter de 3% en 2020 au lieu de 3,3% en 2019.

Selon le HCP, les perspectives de l’économie nationale établies pour l’année 2020 prennent en considération les dispositions annoncées dans la loi de finances 2020 en matière de fiscalité, de dépenses d’investissement et de fonctionnement.

En outre, ces perspectives supposent, compte tenu du niveau de précipitations observé jusqu’à fin décembre 2019, la réalisation d’une production céréalière moyenne durant la campagne 2019/2020 et la consolidation des performances des autres cultures et de l’activité de l’élevage.

Ces prévisions, poursuit le HCP, tiennent compte également de l’amélioration de la demande mondiale adressée au Maroc de près de 3% en 2020 au lieu de 1,5% en 2019 et de la reprise attendue des transferts des Marocains résidents à l’étranger et des investissements directs étrangers après leur tassement en 2019.