Lancement à Rabat du Comité régional de l’environnement des affaires

245

Le Comité régional de l’environnement des affaires (CREA), composé de représentants des secteurs privé et public a été lancé, le 10 octobre, à Rabat. Le CREA a pour mission d’identifier et à mettre en œuvre les mesures destinées à renforcer l’attractivité du Maroc.

La cérémonie de lancement a été marquée par la présence du wali de la région de Rabat-Salé-Kénitra, Mohamed Mhidia et de la présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Meriem Bensaleh Chaqroun. Ce Comité s’assigne également pour objectif d’améliorer la position du Royaume dans le classement mondial «Doing business», qui mesure la réglementation des affaires et son application effective dans 190 économies et certaines villes au niveau infranational et régional.

Placé sous la présidence du wali de la région, le CREA, dont le secrétariat permanent sera assuré par le Centre régional d’investissement (CRI) de la région Rabat-Salé-Kénitra, est composé également de différents partenaires régionaux appartenant au secteur public et privé, le Conseil régional RSK, la CGEM-RSK, les collectivités territoriales, les opérateurs économiques, les chambres professionnelles, les universités et les banques.

Intervenant à cette occasion, Mhidia a indiqué que le CREA constituera un pilier de pilotage dynamique et efficace, basé sur la concertation et la collaboration à même d’améliorer la capacité compétitive de l’économie marocaine au niveau national et régional dans le cadre d’un partenariat effectif entre les secteurs public et privé.

Le CREA vise à améliorer le climat des affaires sur le plan régional

La mise en place de ce comité régional aidera à mieux maîtriser les problèmes ayant trait à l’environnement des affaires et de l’investissement au niveau de la région et renforcer le dispositif législatif et réglementaire de l’environnement des affaires.

Le CREA-RSK, qui constitue une déclinaison régionale du comité national de l’environnement des affaires (CNEA), adoptera une approche participative basée sur le dialogue entre les différents partenaires, publics et privés, en vue de mettre en place un des plans de travail annuels suivant une méthodologie claire et efficace.

Pour sa part, Bensaleh Chaqroun a indiqué que ce comité régional se veut un important outil à même de permettre un pilotage, dynamique, concerté et décentralisé de l’environnement des affaires.

La présidente de la CGEM a souligné que le CREA jouera un rôle essentiel dans l’accompagnement de la dynamique d’investissement et la facilitation du fonctionnement quotidien de l’entreprise, la proposition de réformes structurelles à adopter au niveau central pour l’amélioration du climat des affaires, ainsi que le suivi de l’avancée des projets d’investissements et l’intervention pour résoudre les blocages administratifs.

Une étroite collaboration pour la réussite du CREA

La CGEM, la Wilaya et la Région œuvreront ensemble à promouvoir l’activité économique créatrice d’emplois et de valeur ajoutée, a fait savoir la présidente du patronat, appelant toutes les parties prenantes dans ce Comité à devenir un moteur de changement, pour le bien des entreprises et des salariés.

De même, la présidente de la CGEM a attiré l’attention sur trois points de vigilance, à savoir la nécessité pour le Centre régional de l’investissement (CRI) d’avoir la latitude administrative et les moyens de jouer son rôle de guichet unique, à la fois au niveau de la création et l’obtention des autorisations de construction et d’exploitation.

Le dynamisme du CREA, dépendra de la gouvernance à mettre en place, du suivi du plan d’action et des réformes prioritaires à mener, ainsi que la responsabilisation des personnes qui vont y siéger. Selon Bensaleh Chaqroun, l’adoption d’une gestion, en mode de projet, des actions programmées, constitue un appui politique des autorités de la région et contribue donc au succès du Commité.

Par ailleurs, cette rencontre s’est achevée par la signature d’une charte relatant les travaux du comité régional, par le Wali de la région, le président du Conseil Régional, le directeur régional de la CGEM et la directrice du CRI.