La réputation des entreprises ciblées par le boycott «fortement entamée», souligne une étude

6675
Station d'essence Afriquia. Crédit: DR.

La Compagnie méditerranéenne d’analyse et d’intelligence stratégique (CMAIS) a rendu publique une analyse de la campagne de boycott de la société Afriquia. Il en ressort que la réputation de l’entreprise ciblée par la campagne de boycott est «fortement entamée».
L’image de marque des trois entreprises ciblées par la campagne de boycott s’est considérablement détériorée, affirme une étude de la Compagnie méditerranéenne d’analyse et d’intelligence stratégique (CMAIS), qui a analysé tout particulièrement l’impact de la campagne de boycott sur la réputation de la compagnie Afriquia,
Les résultats de cette analyse, qui s’est appuyée sur «une veille sur les sites web d’actualité, les blogs, ainsi que le réseau social Twitter», montrent une détérioration considérable de la réputation de la marque, filiale du groupe AKWA détenu par Aziz Akhannouch.
Lire aussi: Vidéos. L'humour, la redoutable arme des boycotteurs
«Pour Afriquia, entre le 20 mars 2018 et le 6 avril 2018, 10% des publications étaient négatives. Ce taux a été multiplié par 5 pour la période allant du 20 avril 2018 au 6 mai 2018 pour s’établir à 50,5% de publications négatives», souligne le cabinet d’étude dans une note publiée le 10 mai sur son site internet.
«Les entreprises ciblées par le boycott sont fortement exposées par rapport à leurs concurrents. Entre le 20 mars 2018 et le 6 avril 2018, Afriquia occupait 48% des parts de voix par rapport à ses concurrents contre 90% entre le 20 avril 2018 et le 6 mai 2018, soit la période du boycott», peut-on encore lire dans le rapport du CMAIS.

Source: CMAIS.

Le cabinet d’étude en est également arrivé à cette conclusion: «Au Maroc, le web a un impact direct sur l’image des entreprises et joue un rôle essentiel dans la contestation économique. La contestation peut même se matérialiser sur le terrain comme nous l’observons pour la campagne du boycott».