Tripoli et Tunis veulent relancer la coopération économique

119

Le Premier ministre tunisien Hichem Mechichi a réaffirmé samedi au cours de sa première visite à Tripoli la volonté de son pays de relancer la coopération économique avec la Libye voisine, au moment où la Tunisie traverse une crise économique sévère.

« Nos économies sont complémentaires et tout ce qui est bénéfique pour la Libye, l’est également pour la Tunisie », a déclaré M. Mechichi au début de sa visite de deux jours, accompagné de plusieurs membres du gouvernement et d’une centaine de chefs d’entreprises qui participent à un forum économique tuniso-libyen à Tripoli.

« Nous n’abandonnerons pas la Tunisie seule face aux effets de la pandémie du coronavirus ou des conjonctures politiques et sécuritaires dans la région. Nous ferons tout le nécessaire pour aider nos frères » dans ce pays, a pour sa part promis le Premier ministre libyen par intérim Abdelhamid Dbeibah.

La Tunisie traverse une grave crise économique, marquée par un recul historique du PIB à -8,9 % en 2020.

Après des années de morosité économique, la pandémie de Covid-19 a mis le pays d’Afrique du Nord à genoux: sa dette extérieure a atteint la barre symbolique des 100 milliards de dinars (environ 30 milliards d’euros), soit 100 % du produit intérieur brut.

Lors d’une conférence de presse avec son homologue tunisien, M. Dbeibah a annoncé la « régularisation des travailleurs tunisiens en Libye », la « levée des restrictions » sur les importations et une aide aux villes du sud tunisien pour faire face à la pandémie.

 

Lire aussi: La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI

 

En plus d’un accord signé pour « faciliter les échanges commerciaux et les déplacements des ressortissants » entre les deux pays, des accords conclus dans le passé vont aussi être réactivés.

« Le climat des investissements est favorable à tous les investisseurs, mais pour le citoyen libyen, il lui accorde une position particulière », a déclaré M. Mechichi.

Les liens économiques et familiaux étroits entre la Libye et la Tunisie ont souffert en raison du chaos ayant suivi la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, mais la Tunisie demeure une destination majeure pour les vacances et le tourisme médical, notamment pour les habitants de l’ouest libyen.

La Tunisie, pour qui la Libye était un débouché majeur et en pleine croissance en 2011, a vu les échanges commerciaux s’effondrer notamment depuis 2014.

Les importations tunisiennes font désormais face à une rude concurrence turque, et la Tunisie tente de reconquérir ses parts de marché à la faveur du retour au calme.

Les fermetures répétées de la frontière, en raison du conflit, et plus récemment du Covid-19, ont mis à mal les circuits de l’économie informelle qui irriguent le tissu économique tunisien.