L'Arabie saoudite condamne les tirs israéliens à Gaza, sans évoquer Jérusalem

L’Arabie saoudite a condamné lundi les tirs israéliens qui ont fait au moins 52 morts et des centaines de blessés parmi les Palestiniens de Gaza, sans évoquer l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem.
L’Arabie Saoudite vient de condamner, via son porte-parole du ministère des affaires étrangères, les tirs israéliens à Gaza sans évoquer l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem. «L’Arabie Saoudite condamne avec force les tirs des forces d’occupation israéliennes contre des civils palestiniens désarmés qui ont fait des dizaines de tués et de blessés», a déclaré un porte-parole du ministère saoudien des affaires étrangères. Le porte-parole, cité par l’agence officielle saoudienne (SPA), a appelé la communauté internationale à «assumer ses responsabilités et à faire cesser les violences contre les Palestiniens», rappelant la position de Ryad en faveur des «droits du peuple palestinien».
Le porte-parole n’a pas évoqué l’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem, décidé par le président Donald Trump. Une décision qui avait été condamné par le sommet arabe organisé en Arabie saoudite le 17 avril dernier. Des heurts ont éclaté aujourd’hui lorsque les forces israéliennes ont tiré sur des manifestants palestiniens venus protester contre l’inauguration de l’ambassade, à la frontière entre Gaza et l’Etat hébreu.
Au Qatar, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Louloua Al-Khater, a condamné avec force «le massacre» de Palestiniens pendant leur protestation contre la «décision unilatérale des Etats-Unis de transférer leurs ambassade à Jérusalem». La porte-parole a appelé la communauté internationale à agir pour arrêter «cette tuerie sauvage».