L’Allemagne relève ses prévisions de croissance pour 2021

Le gouvernement allemand a rehaussé mardi à 3,5% ses prévisions de croissance pour 2021, contre 3,0% estimé en janvier, grâce aux bonnes performances de l’industrie et à une levée « progressive » des restrictions contre la pandémie au deuxième trimestre.

« Notre économie est forte, robuste, et prête pour un nouveau départ », après une chute historique de 4,9% en 2020, a affirmé le ministre de l’Economie Peter Altmaier.

Pour 2022, le gouvernement table sur une croissance de 3,6%, permettant un retour de la première économie européenne à son niveau d’avant crise.

Ces nouvelles projections se basent sur « l’hypothèse que les mesures de restriction (…) pourront être progressivement assouplies au courant du deuxième trimestre », a précisé le ministère.

 

Lire aussi. La vaccination laisse espérer une croissance mondiale plus forte en 2021

 

Le pays a fermé ses cafés, bars, restaurants, lieux de culture et de loisir depuis novembre, et une grande partie de ses magasins depuis décembre.

Ces mesures freinent considérablement la première économie européenne, qui devrait connaître une chute de 1,8% du PIB au premier trimestre, selon les prévisions des principaux instituts économiques.

Mais la campagne de vaccination s’accélère, après des débuts poussifs, et laisse entrevoir une sortie de crise.

Berlin s’attend, après la levée des mesures, à « une reprise nette de l’économie domestique et de la consommation privée », qui galvaniseront la croissance.

Le gouvernement se félicite par ailleurs de la « bonne conjoncture industrielle et de l’environnement international qui donnent une impulsion importante ».

Le secteur industriel, très dépendant des exportations, résiste aux restrictions, grâce au dynamisme des économies chinoises et américaines, notamment.

La branche, pilier du modèle économique allemand, devrait en outre profiter des plans de relance américains et européens pour gonfler ses commandes au cours de l’année.

Cette nouvelle prévision se rapproche de celle dévoilée par les instituts économiques allemands, qui ont tablé mi-avril sur une croissance de 3,7%.