Vers une hausse des prix des carburants ?

5564
Crédit: DR

Les prix à la pompe des carburants pourraient bientôt connaître une hausse dans les stations-service. En cause: une tendance inflationniste mondiale qui concerne le pétrole, mais également différentes matières premières, dont les huiles végétales. Explications.

Suivant une courbe ascendante depuis novembre dernier au niveau mondial, les prix des hydrocarbures ne répondent plus à aucune logique. En effet, en dépit des stocks de brut qui augmentent aux États-Unis, les prix du pétrole poursuivaient leur progression en Europe fin de semaine dernière.

Ainsi, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril prenait 0,30% à Londres par rapport à la clôture de mercredi, à 67,24 dollars. Le baril américain de WTI pour le même mois grimpait, de son côté, de 0,24% à 63,37 dollars.

 

Lire aussi: Hausse des prix des huiles de table: le PJD sollicite le Conseil de la concurrence

 

Selon un rapport de l’Agence américaine d’Information sur l’Énergie (EIA) diffusé le 24 février, les réserves de pétrole brut aux États-Unis ont augmenté la semaine précédente de 1,3 million de barils, à la surprise des analystes qui s’attendaient à une diminution significative.

Cette inadéquation s’explique par une anticipation hâtive des acteurs d’une reprise de l’activité économique qui misaient sur une maîtrise de la pandémie après l’espoir suscité par les vaccins. Cela se répercute par une hausse des prix au niveau mondial de plusieurs produits tels que les métaux (argent et cuivre), les matières agricoles premières (blé, maïs et sucre) et les huiles végétales (tournesol, soja et huile de palme).

 

Lire aussi: Enquête sur les pétroliers: situation « confuse » selon le cabinet royal, création d’une commission ad-hoc

 

Au Maroc, l’augmentation du prix du carburant au niveau mondial n’a été répercutée que partiellement sur les prix à la pompe (3,5% en 2020 selon le HCP). Mais si cette tendance à la hausse se poursuit, les pétroliers finiront par gonfler leurs prix de manière plus conséquente.

Si elle a lieu, cette hausse risque d’exacerber encore plus le climat de tension ambiant à l’approche du mois de Ramadan.