Le financement des projets en Afrique au cœur des préoccupations d’Attijariwafa Bank

444

Les leviers de financements de projets en Afrique ont été au centre des rencontres B2B tenues, les 26 et 27 octobre à Casablanca, par Le Club Afrique Développement du groupe Attijariwafa bank.

Des représentants du Club sont venus de plusieurs pays d’Afrique subsaharienne, notamment du Cameroun, Côte d’Ivoire, Sénégal, Congo… pour discuter des moyens de développement économiques sur le continent.

L’un des points importants auxquels font face les entreprises en Afrique est celui du financement. En effet, malgré les nombreuses participations des différents organismes financiers du continent et les investissements proposés ne sont pas toujours suffisants.

Un besoin de financement annuel de 200 milliards de dollars

Les représentants du Club ont ainsi déclaré que l’Afrique a besoin de 200 milliards par an afin de financer les projets de différents secteurs importants, notamment l’économie, la santé, l’alimentation, l’éducation…

Par ailleurs, le directeur général adjoint d’Attijariwafa bank, Youssef Rouissi, a mis le doigt sur trois défis majeurs à surmonter: alimentaire, urbanistique et énergétique.

Le challenge alimentaire se traduit par des importations d’aliments qui s’élèvent à près de 35 milliards de dollars par an, même si l’Afrique dispose de 65 % des réserves de terres arables non cultivées du monde. Cette facture risque d’ailleurs de doubler avec l’évolution démographique du continent.

Au niveau de l’urbanisme, la population du continent est en augmentation constante. Cette situation crée des disparités et des problèmes au niveau de l’accès à l’éducation, la santé, l’assainissement…

Concernant le défi énergétique, la facture annuelle du continent s’élève à près de 46 milliards de dollars par an, soit une importation de 60 % des besoins énergétiques à l’étranger.

Pour relever ces défis, les membres du Club ont souligné leur volonté d’attirer des capitaux étrangers afin d’investir en Afrique.