Finance participative: la Société Générale rentre dans le bal

348
De gauche à droite, Hounaïda Boukhari, directrice de Dar Al Amane, Mohammed Tahiri, directeur général en charge des réseaux de distribution et Wail Aamino, directeur général du cabinet Al Maali Consulting Group. Crédits photo : Abdellah Ouardirhi.

La Société Générale a dévoilé ce mercredi sa filiale Dar Al Amane, qui devient ainsi la troisième banque participative a intégrer le marché marocain.

Dar Al Amane, qui a obtenu son agrément d’exercice de Bank Al Maghrib le 17 avril dernier, offre des services bancaires conformes à la «Charia» (loi islamique) au sein de ses propres agences dédiées, et non dans des coins dédiés à la finance participative au sein des agences de la Société Générale.

400 comptes déjà ouverts

Selon Hounaïda Boukhari, directrice de Dar Al Amane, la banque connaît une certaine affluence depuis l’ouverture de sa première agence le 18 septembre, comptant plus de 400 comptes déjà ouverts à ce jour. Le choix de ne pas communiquer sur le lancement des activités de Dar Al Amane dès la première ouverture relève de la volonté de la SG d’étudier et comprendre les besoins du marché local, a-t-elle souligné.

La directrice a également indiqué que la fenêtre participative de la SG dispose d’une présence 360°, c’est-à-dire que les clients peuvent accéder aux différents services et informations sur smartphones via une application mobile, sur le site Web de la banque ou en se présentant directement aux agences.

40 agences à l’horizon 2020

Concernant le développement du réseau Dar Al Amane, Boukhari a indiqué que la banque compte actuellement 4 agences, soit deux à Casablanca, une à Agadir et une autre à Marrakech. Le réseau prévoit de s’agrandir à 12 agences vers la fin de l’année en cours, à 20 agences en 2018 et à 40 agences au sein des grandes villes du royaume à l’horizon 2020.

De son côté, Mohammed Tahiri, directeur général en charge des réseaux de distribution, a indiqué que Dar Al Amane dispose d’un capital propre de 200 millions de dirhams. Il a par ailleurs souligné que le développement du réseau se fera en accord avec les besoins du marché et les lignes fixées par le Conseil Supérieur des Oulémas (CSO), afin que Dar Al Amane soit pertinente dans son activité financière.