La villa de l'ex-DG de la Samir mise aux enchères

à 16:45

Après la décision du tribunal de commerce de Casablanca le 5 novembre dernier d'étendre la liquidation de la Samir au patrimoine de ses dirigeants, la villa de l’ancien directeur général de la raffinerie Samir, Mohammed Jamal Baâmer, a été mise aux enchères. 

La vente aux enchères est prévue pour le 6 décembre et aura lieu au tribunal de première instance de Rabat. La villa, dont la superficie est de 2000 mètres carrés se situe au boulevard Bir Kacem à Rabat. Le prix d’ouverture est fixé à 16 millions de DH, plus 3% de taxes judiciaires.

Pour rappel, le tribunal de commerce de Casablanca avait décidé, lundi 5 novembre dernier d'étendre la liquidation de la Samir au patrimoine de ses dirigeants, à savoir Mohamed Houssein El Amoudi, PDG de la société, Jamal Ba-Amer, ancien directeur de la raffinerie ainsi que Bassam Abourdina, Georges Salem, Jason Milazzo, Lars Nelson et John Ozold. Seuls Mohamed Hassan Bensalah (PDG de Holmarcom), et Mustapha Amhal, ne font pas partie des dirigeants sanctionnés.

 

Lire aussi: La liquidation de la Samir étendue au patrimoine de ses dirigeants

 

En plus de la liquidation des biens personnels, ces administrateurs seront déchus de leur capacité commerciale pour une période de cinq ans. La demande d'extension remonte par ailleurs au 30 novembre 2017 et avait été introduite  par Mohamed El Krimi, ex syndic chargé de la liquidation de la Samir qui reprochait aux administrateurs plusieurs erreurs de gestion qui ont conduit à la perte de la société. Elle a ensuite été reprise par le successeur d'El Krimi, Abdelkbir Safadi.

 

Lire aussi: Affaire la Samir: destitution du syndic judiciaire

 

La décision du tribunal de Commerce vient d'ailleurs en conséquence du rapport de Safadi qui évoque entre autres le non respect d'une convention d’investissement de 6 milliards de DH signée en 2004,  entre le gouvernement et la Samir pour la construction d’une unité d’hydrocracking, ainsi que la distribution d'importantes dividendes alors que la raffinerie était fortement endetté.