Les nouvelles ambitions de Menara Holding, géant du BTP (entretien)

à 11:30

Menara Holding a obtenu mardi dernier le trophée ESSEC, un label récompensant depuis cinq ans les 5 meilleures entreprises innovantes en Management. Interview avec Mohamed Zahid, DG du groupe.

Menara Holding a remporté cette semaine le trophée Essec, qui récompense les entreprises les plus innovantes en Management. H24info revient sur les ambitions du groupe avec Mohamed Zahid, directeur général.

Que représente ce trophée pour Menara Holding?
Une fierté, une reconnaissance de tous les efforts qui ont été effectués par nos collaborateurs. Notre réussite est due aux valeurs que nous portons et que nous continuons a transmettre à tous nos employés.
Qu'est ce qui fait la force de votre groupe aujourd'hui?
Après la stratégie de filialisation que nous avons mis en place il y a cinq ans, nous avons renforcé l'équipe des ressources humaines et mobilisé les collaborateurs. Nous sommes passés durant 5 ans d'un budget de formation de 300.000 dirhams à 3 millions de dirhams. Sur le marché, nous avons décidé de sortir de Marrakech pour nous implanter à Ben Guerir et Beni Mellal parce que nous avons senti un potentiel d'urbanisation important dans ces villes. 

Quels sont les objectifs actuels du groupe?
Nous avons une stratégie quinquennale a l'horizon 2020. Nous voulons devenir "leader national" dans les métiers de base. Notre stratégie sera marquée par une présence plus intense dans d'autres régions, ce qui va se concrétiser à partir de janvier 2016 dans les villes de Khourbiga et Safi. Nous développons également des partenariats dans l'objectif d'internationalisation, notamment sur le continent africain. Actuellement, nous prenons connaissance avec certains marchés pour savoir s'il y'a des fournisseurs de matière première sur place. Nous allons étudier cela de près avant de passer a l'action. 

Comment évaluez-vous le marché du BTP marocain?
Sur Marrakech, le marché a connu une crise étant donné que l'immobilier dans la région a été tiré au départ par les constructions haut Standing destinées essentiellement a des étrangers qui voulaient avoir des résidences secondaires de luxe à Marrakech. Le secteur a connu une évolution à cette période là, mais après la crise économique de 2008, il y a eu une chute de la demande en haut standing. A la différence de nos concurrents, nous avons résisté à la crise en diversifiant nos activités. Nous avons tiré notre épingle du jeu par une présence dans d'autres secteurs notamment le transport, l'automobile et l'énergétique. C'est grâce a cela que nous avons réussi a contrecarrer cette crise.