Ce que vont coûter les annulations de vols à Ryanair

476
Crédits photo : DR.

Alors que la colère de ses clients ne faiblit pas, la compagnie irlandaise a estimé lundi que la série d’annulations décidée jusqu’à fin octobre allait occasionner un impact immédiat de 25 millions d’euros sur ses comptes. En Bourse, le titre souffre.

L’addition sera salée pour Ryanair. Son directeur général, Michael O’Leary, a annoncé lundi que la série d’annulations décidée par la compagnie irlandaise low-cost allait occasionner un impact immédiat de 25 millions d’euros sur ses comptes. «Nous prévoyons un impact allant jusqu’à 5 millions d’euros sur notre rentabilité dans les six semaines à venir. Et nous tablons sur une somme maximale de 20 millions d’euros pour les indemnisations» payées aux voyageurs, a expliqué le dirigeant lors d’une conférence de presse à Dublin. Michael O’Leary a présenté ses excuses aux clients de la compagnie, en reconnaissant que l’annonce de ces annulations sans précédent avait été «inattendue» et «de dernière minute».

De fait, l’annulation surprise, vendredi soir par Ryanair, de près de 2000 vols d’ici à la fin du mois d’octobre ne passe décidemment pas auprès des clients de la compagnie low-cost irlandaise. Les témoignages affluent depuis ce week-end sur les réseaux sociaux de la part de voyageurs se disant «abandonnés» par la compagnie la plus importante d’Europe en termes de passagers transportés. À tel point que la Commission européenne a dû intervenir ce lundi, en exhortant Ryanair à «respecter pleinement» les droits de ses passagers».

«Grâce à l’Union européenne, tous les passagers dont les vols sont annulés disposent d’un ensemble complet de droits prévus par le droit européen», a déclaré Violetta Bulc, la commissaire chargée des Transports. «Cela inclut le droit au remboursement, au réacheminement ou à un vol retour, ainsi que le droit à une assistance et dans certaines circonstances le droit à compensation», a-t-elle rappelé dans un communiqué. «Nous sommes en contact avec Ryanair et nous attendons qu’ils respectent pleinement ces droits», a-t-elle ajouté, soulignant que «les autorités nationales sont responsables pour leur application».

Erreur de planning

Dans un bref communiqué diffusé vendredi, Ryanair avait annoncé l’annulation de 40 à 50 vols par jour à compter de cette date et jusqu’à fin octobre, soit environ 2000 liaisons au total. «Nous nous sommes plantés dans l’organisation des vacances de nos pilotes et nous travaillons dur pour revenir à la normale», a reconnu le directeur marketing du groupe, Kenny Jacobs, promettant «l’envoi d’informations régulières aux clients et la publication de nouvelles sur le site Internet».

Ryanair souligne que ces annulations ne concernent que 2% de ses vols et ont pour but de «rétablir sa ponctualité» qui a diminué début septembre. La compagnie low-cost a précisé que son taux de ponctualité était «tombé sous 80% durant les deux premières semaines de septembre» en raison notamment de délais générés par l’intensité du trafic, de grèves, de conditions météorologiques défavorables et de l’obligation de respecter les obligations de congé des pilotes et des équipages.

20 millions d’euros de dédommagements

«Nous présentons nos sincères excuses au petit nombre de clients affectés par ces annulations et ferons de notre mieux pour leur trouver un autre vol et/ou les rembourser en totalité», a insisté Robin Kiely, le directeur de la communication du groupe. Ryanair assure ce lundi qu’elle publiera d’ici à mardi la liste complète de ses annulations de vols prévues jusqu’à la fin octobre.

Les associations de défense de consommateurs sont montées au créneau, à l’image du magazine 60 millions de consommateurs qui appelle les «passagers abandonnés» à faire valoir leurs droits à dédommagement. «À raison de 150 personnes minimum par avion pendant six semaines, ce sont près de 300.000 passagers à travers l’Europe qui devraient subir ce programme d’annulation massif», fait valoir la publication. «De nombreux vols au départ ou à destination d’aéroports français sont concernés par les annulations: 18 pour la seule journée de dimanche 17 septembre, selon notre décompte. Puis 6 ce lundi, 9 mardi et 8 mercredi, dont des vols entre Bordeaux et Bruxelles-Charleroi, entre Dublin et Paris-Beauvais, entre Madrid et Toulouse ou encore entre Londres et Strasbourg…»

La Bourse non plus n’a pas apprécié la nouvelle. Le titre Ryanair était sanctionné lundi à la Bourse de Londres, où il lâchait 2,7% à la mi-journée. «Toutefois, en partant du principe que le problème peut être rectifié, ceci ne devrait pas impacter les fondamentaux à long terme solides du groupe», nuance la banque d’investissement Liberum, citée par CercleFinance.com.