Accord Saham-Sanlam: une acquisition bien plus que financière…

5662
Patrice Motsepe et Moulay Hafid Elalamy. Crédit: Montage H24Info

Vous ne devinerez jamais qui se cache derrière Sanlam, le nouveau propriétaire du pôle assurances de Saham.
Certains devaient s’y attendre, mais la nouvelle a fait l’effet d’une bombe pour le plus grand nombre. Saham Group a annoncé la cession de la totalité de son pôle assurances, soit 35 compagnies dans 26 pays, au géant sud-africain Sanlam. Ce dernier, présent dans le tour de table du holding de Moulay Hafid Elalamy depuis trois ans, a en effet augmenté  sa participation de 46,6 % à 100 %, aux termes d’un accord conclu mercredi 7 mars. Montant de l’opération: 1,05 milliard de dollars. Et en quittant l’assurance, Saham amorce sa transformation en un fonds d’investissement panafricain.
En devenant l’actionnaire majoritaire de Saham Assurance Maroc, Sanlam marque un grand coup, et signe son entrée dans le secteur de l’assurance marocain. Une telle prouesse n’a jamais été réalisée, malgré les nombreuses tentatives de compagnies étrangères intéressées par le royaume. Toutes se sont heurtées à la résistance de la Direction des assurances et de la prévoyance sociale (DAPS) ainsi que le puissant lobby de la Fédération marocaine des sociétés d’assurance et de réassurances (FMSAR).
Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises, car au-delà d’un simple événement économique et financier, l’accord Saham-Sanlam revêt d’importantes implications géostratégiques. En effet, nos confrères de Le360 révèlent que le groupe sud-africain est lié à Cyril Ramaphosa, récemment élu président de l’Afrique du Sud. Car si le capital de Sanlam Limited est réparti parmi divers actionnaires, le plus influent d’entre eux a pour nom Patrice Motsepe, beau-frère de l’actuel homme fort de la première puissance du continent.
Patrice Motsepe est présent dans le capital de Sanlam à travers plusieurs fonds d’investissement et sociétés, notamment Ubuntu Investment et Sanlam Investment Management Inc. Avec sa sœur Tshepe Motsepe-Ramaphosa, l’actuelle première dame sud-africaine, il fait partie de l’une des familles les plus puissantes de la nation Arc-en-ciel. De plus, son autre sœur Bridgette Radebe n’est nulle autre que la première femme noire à posséder des mines dans le pays. Quant au mari de cette dernière, il s’agit du ministre de l’Energie Jeff Radebe, indéboulonnable du gouvernement depuis les années Mandela. Rajoutons le président Ramaphosa à ce cercle puissant…
L’accord Saham-Sanlam pourrait ainsi contribuer au réchauffement des relations entre le Maroc et l’Afrique du Sud, entamé en novembre 2017 suite à une rencontre entre le roi Mohammed VI et l’ex-président sud-africain Jacob Zuma, dans la capitale économique ivoirienne Abidjan. Les deux hommes avaient alors décidé de nommer des ambassadeurs dans les deux pays. Les relations diplomatiques ont été rompues en 2004, après que le gouvernement Thabo Mbecki a reconnu la République arabe sahraouie démocratique.