El Othmani: « le secteur industriel a crû de 22% depuis 2009 »

Le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani a souligné, mercredi à Rabat, que depuis le lancement du Plan d’Accélération Industrielle en 2009, les exportations du secteur industriel au Maroc ont affiché une hausse de 22%.

L’implantation de leaders industriels mondiaux au royaume a augmenté les investissements directs étrangers (IDE) jusqu’à un taux moyen annuel de 23% depuis 2009, a précisé El Othmani qui s’exprimait à l’occasion de la séance mensuelle relative à « la politique publique du développement industriel et la promotion du climat des affaires » à la Chambre des conseillers. Il a également noté que ces performances ont permis au Maroc de mieux se positionner sur les radars de la planète en tant que destination industrielle crédible et compétitive.

Le chef du gouvernement a indiqué que la stabilité dont jouit le Maroc aux niveaux institutionnel, politique et macro-économique constitue un avantage concurrentiel précieux dans un monde en reconfiguration permanente.

Selon lui, l’attractivité développée grâce à une offre combinant la proximité, la compétitivité et l’accès aux marchés, ainsi que les efforts notables consentis pour la mise en place des infrastructures routières, aériennes, portuaires, industrielles et de télécommunications, ont fait du Maroc un pays multi-connecté où le déplacement des passagers, des marchandises et des données est rapide. l’accent sur l’amélioration du climat des affaires permettant au Maroc de grimper dans le classement de la compétitivité au niveau mondial.

El Othmani a fait savoir que la stratégie industrielle a permis, jusqu’à présent, de réaliser 89% des objectifs du plan d’Accélération Industrielle, soit 144 milliards de dirhams (MMDH) d’exportations, soulignant la dynamique que connaissent plusieurs secteurs, notamment l’industrie automobile, l’aéronautique, la filière « poids lourd et carrosserie industrielle », le textile, le cuir, les industries chimiques, l’industrie pharmaceutique, les industries mécaniques et métallurgiques (IMM) et les services.

S’agissant de l’industrie automobile, El Othmani a fait savoir que depuis le lancement du Plan d’accélération industrielle, 54 contrats ont été signés pour la réalisation de plusieurs projets d’investissement et la création de 16.983 emplois stables pour un coût global de 4,42 MMDH.

Pour ce qui est des industries chimiques, il a rappelé la signature de 3 contrats de performance pour le lancement de deux écosystèmes, concernant la filière de la chimie verte et celle de la chimie organique, notant que ces derniers permettront de créer 12.430 nouveaux emplois directs stables et 20.570 emplois indirects et de générer un chiffre d’affaire (CA) à l’export additionnel de 9,8 MMDH.

Concernant le secteur aéronautique, El Othmani a rappelé la signature de 9 contrats dont le coût total s’élève à plus de 467 millions de dirhams pour la réalisation de plusieurs projets d’investissement et la création de 1.310 emplois stables, rappelant qu’un protocole d’accord a été signé, sous la présidence du roi Mohammed VI, le 27 septembre 2016, pour la création d’un écosystème de Boeing au Maroc qui générera un chiffre d’affaires annuel supplémentaire à l’export d’1 milliard de dollars, entraînera l’implantation de 120 fournisseurs de Boeing et permettra la création de 8.700 nouveaux emplois spécialisés

Pour « la filière poids lourd et carrosserie industrielle », le Chef du gouvernement a rappelé la signature d’un contrat de performance, le 28 juillet 2015, qui permettra à la profession de s’engager d’ici 2020 à porter l’effectif du secteur à 24.000 employés et la production annuelle à 34.500 unités (contre 6.000 en 2014) dont 30% sera destiné à l’export. Elle s’engagera aussi à contribuer au PIB à hauteur de 8 MMDH et à réaliser 6 MMDH de C.A. à l’export.

Quant au secteur des industries mécaniques et métallurgiques (IMM), El Othmani a rappelé la signature, le 2 mai 2016, de trois contrats de performance pour mettre en place des écosystèmes industriels, notamment la valorisation des métaux et des nouvelles professions (matériel agricole…) ainsi que la transformation des métaux.

 

Avec MAP