Du pétrole exploitable au large de Tarfaya?

à 15:00

Des travaux de prospection menés au large des côtes de Tarfaya ont confirmé l'existence de réserves de pétrole. De plus amples informations sur l'exploitation de ces réserves devraient être fournies d'ici le second trimestre 2014.

La société anglo-turque Genel Energy annonce que des travaux de prospection menés depuis le mois de janvier au niveau du forage Juby Maritime 1, situé au large de Tarfaya, ont confirmé l'existence de pétrole. Un rapport de Genel Energy, daté du 6 mars "confirme la présence de pétrole dans les couches du jurassique supérieur".
 
"Nous avons commencé notre premier forage offshore en janvier 2014. Actuellement, nous sommes à une profondeur de 3.100 mètres au niveau du puits Cap Juby. Il nous reste 600 mètres à percer pour atteindre notre profondeur cible. Pour l’instant, nous avons pu confirmer la présence de pétrole dans cette zone", a déclaré la compagnie à l’occasion de la présentation de ses résultats financiers préliminaires au titre de l’année 2013. 
 
Il s'agit donc de confirmation et non de découverte, car Esso avait détecté de possibles réserves à cet endroit en 1968. Reste désormais la question de l'exploitation de ces gisements, estimés à quelque 70 millions de barils par Cairn Energy, compagnie écossaise qui participe conjointement aux travaux au large de Tarfaya.

Les travaux de forage se poursuivent. Sur son site, Genel Energy affirme espérer des résultats d'ici le second trimestre 2014. Cette annonce fait suite à plusieurs autres du même genre, comme celles des compagnies Fastnet et Kosmos Energy, qui exploitent le puits Eagle près d’Agadir et qui avaient estimé son potentiel pétrolier à 360 millions de barils de pétrole. Souvent, ces annonces sont utilisées par les opérateurs pour lever de l'argent sur les places financières. 
 
Pour rappel, Genel Energy mène actuellement trois forages au Maroc (Juby Maritime I, Sidi Moussa et Mirleft), sur une superficie totale de 16.500 km2.  La licence Juby Maritime est détenue à parts égales (37,5%) entre Genel Energy et Cairn Energy. Le reste (25%) est détenu par l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM).
 
Cependant, la multiplication des forages ces dernières années, les pronostics d'experts européens et l'arrivée de majors comme BP et Chevron ne peuvent que faire espérer que peut-être, le prochain communiqué annoncera l'exploitation d'une nappe pétrolifère marocaine.