Doing Business 2020: le Maroc ne figure pas sur la liste des 20 pays les plus réformateurs

Crédit: DR

En attendant la publication officielle du Doing Business 2020 le 24 octobre prochain, la Banque mondiale a dévoilé récemment une première liste de 20 économies mondiales ayant engagé le plus grand nombre de réformes au cours des 12 derniers mois. A l’instar des autres pays du Maghreb, le Maroc n’y figure pas. 

« Le choix des économies les plus améliorées est déterminé par les améliorations les plus importantes du score de facilité de faire des affaires parmi celles qui ont au moins trois réformes », explique le Banque mondiale sur son site consacré au classement Doing Business qui a sondé 190 économies.

Aucun pays d’Afrique du Nord ne figure parmi les 20 premiers classés, mais cinq pays d’Afrique et tout autant dans la région MENA ont su se démarquer. L’institution financière internationale a sélectionné le Qatar, l’Arabie saoudite, le Koweït, le Bahreïn et la Jordanie. Côté pays africains, sont cités le Nigeria, Djibouti, le Zimbabwe, le Kenya et le Togo, ces deux derniers figurant déjà dans la liste des 10 pays les plus réformateurs en 2018.

 

Lire aussi : Doing Business 2019: le Maroc gagne 9 places

 

La liste des 20 pays les plus réformateurs comprend également la Chine, l’Inde, le Pakistan, le Bangladesh, l’Azerbaïdjan, Myanmar, le Kirghizistan, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Kosovo. La Banque mondiale souligne que « cette liste des 20 principaux promoteurs ne reflète pas pleinement l’attractivité d’une économie pour les entreprises et repose uniquement sur les améliorations apportées dans 10 domaines réglementaires différents (à savoir la création d’entreprise, l’obtention d’un permis de construire, le raccordement à l’électricité, le transfert de propriété, l’obtention de prêts, la protection des investisseurs minoritaires, le paiement des taxes et impôts, le commerce transfrontalier, l’exécution des contrats et le règlement de l’insolvabilité, ndlr) ».

Pour rappel, le Maroc est passé de la 97e place en 2012 à la 60e l’année dernière, soit un bond de 37 places en sept années. Il espère faire partie du top 50 mondial d’ici 2021.