Coronavirus: les économistes Istiqlaliens alertent sur le ralentissement de l’économie

DR.

L’Alliance des Economistes Istiqlaliens (AIE) alerte sur le ralentissement déjà palpable de l’économie nationale, causée par la propagation du Covid-19. Elle demande au gouvernement d’agir, en émettant quelques propositions.  

Selon l’AIE, le Maroc fait partie des 20 premiers pays mondiaux, qui sont directement affectés par le recul de l’activité économique en Chine, foyer du nouveau virus. Cette affirmation émane de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), qui dans un récent rapport alertait sur une crise coûteuse, avec un manque à gagner mondial s’élevant à 2.000 milliards de dollars.

Du fait qu’elle soit ouverte, «notre économie sera aussi impactée par le ralentissement annoncé en Europe», soulignent les économistes Istiqlaliens, qui évoquent les secteurs exportateurs et «surtout l’artisanat, le tourisme et les secteurs qui en dépendent (transports, commerce, restauration, loisirs, agences de voyage…)», qui en pâtissent d’ores et déjà.

 

Lire aussi: Coronavirus: le Maroc annonce un troisième cas, un touriste français

 

Dans ce sens, l’Alliance urge le gouvernement à prendre des mesures immédiates, mais aussi saisir les opportunités offertes au royaume. Pour l’AIE, il faudra comme en 2008, après la crise financière, mettre en place un comité de veille stratégique, composé des membres du gouvernement et de hauts responsables des secteurs publics et privés concernés.

L’économie menacée par le Covid-19 et la sécheresse

Mais aussi, sécuriser les stocks et l’approvisionnement des produits de première utilité et lutter contre la spéculation, en plus d’adopter une «réduction généralisée des délais effectifs de paiement, particulièrement en faveur des PME et TPE et accélérer les conditions de déclaration de «cas de force majeure» en ce qui concerne les retards éventuels de livraison des entreprises dans le cadre de la commande publique».

L’AIE demande également à ce que le gouvernement incite au maintien des emplois avec «la mise en place de mécanismes de soutien aux entreprises les plus touchées». Ils proposent dans ce sens ; l’exonération partielle des charges sociales, la mise en différé de la dette bancaire, fiscale et sociale, l’encouragement du travail à distance et l’autorisation du travail à temps partiel ainsi que le lancement de campagnes de promotion sur le marché marocain, financées par l’Etat, pour encourager la consommation de produits et services produits au Maroc.

 

Lire aussi: Vidéo. Sécheresse: des éleveuses de chèvres témoignent leur détresse

 

Par ailleurs, les économistes du parti de la balance réagissent à la sécheresse qui touche de plein fouet le pays et laisse présager une mauvaise récolte. Ils demandent ainsi au gouvernement le lancement d’un programme pour lutter contre les effets de la sécheresse, permettant de soutenir le pouvoir d’achat des petits et moyens agriculteurs.

Une demande déjà formulée par le président de la coordination régionale des produits agricoles, Mohamed Boukriz, qui a appelé le gouvernement de Saâd-Eddine El Othmani à intervenir d’urgence pour venir en aide aux agriculteurs.