Coronavirus: le Fonds spécial à jusqu’ici collecté près de 22 milliards de DH

762
DR.

Le Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du Coronavirus (Covid-19), mis en place sur Hautes instructions du roi Mohammed VI, a atteint près de 22 milliards de dirhams (MMDH), selon un décompte de la MAP.

Sur instructions du souverain, le Fonds Hassan II a contribué à hauteur de 1 MMDH à ce fonds qui permettra de mobiliser des ressources financières additionnelles importantes sous forme de dons.

Le Groupe OCP a indiqué avoir apporté une contribution de 3 MMDH à ce Fonds spécial pour la gestion de la pandémie, tandis que sur proposition de son actionnaire principal, le Conseil d’Administration d’Al Mada a décidé d’accorder une contribution financière sous la forme d’un don de 2 MMDH.

Bank of Africa à, pour sa part, contribuer à hauteur de 1 MMDH, alors que le groupe Banque Centrale Populaire (BCP) lui a dédié la même somme.

La Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) a annoncé sa contribution directe au Fonds spécial dédié à la gestion de cette pandémie, via un don de 1 MMDH, alors que Afriquia, filiale du groupe Akwa, a apporté la même contribution. L’Association des Régions du Maroc (ARM) a, pour sa part, annoncé lundi avoir consacré 1,5 MMDH au service de cette cause.

 

Lire aussi: Coronavirus au Maroc: le bilan grimpe à 61 cas

L’Agence Nationale de la Conservation Foncière du Cadastre et de la Cartographie (ANCFCC) a fait un don de 1 MMDH, tandis que le Groupe MAMDA-MCMA a annoncé une contribution de 500 millions de dirhams à ce Fonds.

Tanger Med et Marsa Maroc ont fait de 300 millions de dirhams (MDH) chacun, alors que le Crédit Agricole et l’Office national des aéroports (ONDA) ont fait une contribution à hauteur de 200 MDH chacun. Le CIH Bank lui a apporté une contribution financière de l’ordre de 150 MDH au Fonds.

La société de distribution des hydrocarbures « Pétrole du Maghreb » (Petrom) a apporté 100 MDH, tout comme la Compagnie sucrière marocaine (Cosumar), qui a fait don du même montant, tout en assurant que durant cette période difficile, elle accompagnera ses partenaires agricoles tout au long de la campagne sucrière.

La Marocaine des Jeux et des Sports (MDJS) a, quant à elle, également annoncé le versement de 100 MDH au Fonds, sur instruction de son Président du Conseil d’Administration, M. Hassan Abyaba, ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports et porte parole du gouvernement. Les membres du gouvernement ont, quant à eux, fait don d’un mois de salaire au profit de ce Fonds spécial, alors que les membres des deux Chambres du Parlement ont annoncé avoir contribué avec leurs allocations d’un mois.

Les officiers supérieurs des Forces Armées Royales, Généraux et Colonel-Majors, de toutes les composantes : Terre, Air, Mer et Gendarmerie Royale, ont aussi contribué par le don d’un mois de salaire au Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du Coronavirus.

Le décret portant création de ce Fonds a été signé, lundi à Rabat, en application des Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, tendant à assurer le financement des mesures de prévention et de lutte contre le Coronavirus et ses effets, avant d’être publié mardi.

 

Lire aussi: Coronavirus: les « Ninjas », ces robots qui soignent les malades en Thaïlande

Les personnes intéressées sont invitées à verser leurs dons au compte d’affectation spéciale par virement bancaire sur le compte : RIB 001 810 00 780 002 011 062 02 21, ouvert sur les livres de BANK AL-MAGHRIB /RABAT, au nom du Trésorier Ministériel auprès du Ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration.

Ce fonds est réservé, essentiellement à la prise en charge des dépenses de mise à niveau du dispositif médical, en termes d’infrastructures adaptées et de moyens supplémentaires à acquérir, dans l’urgence, pour traiter dans de bonnes conditions les personnes qui seraient atteintes par le virus.

Il est également dédié au soutien de l’économie nationale pour faire face aux chocs induits par cette pandémie à travers des mesures qui seront proposées par le CVE, en vue d’atténuer, notamment, les impacts sur le plan social.