Coronavirus. Chômage, inflation, croissance… les prévisions du FMI pour le Maroc

Crédit: AFP.

Les mesures de confinement imposées un peu partout à travers le globe causeront «les pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression », a averti le FMI. Une situation à laquelle n’échappera pas le Maroc.

Avec la propagation fulgurante du nouveau coronavirus dans le monde et notamment au Maroc, des mesures de confinement drastiques ont conduit à la mise à l’arrêt d’un grand pan de l’économie mondial. Le Maroc, dont l’Etat d’urgence sanitaire vient d’être prolongé jusqu’au 20 mai, sera lui aussi impacté par la crise actuelle, avec notamment un taux de croissance en forte baisse et un déficit commercial qui se creuse.

Si le FMI table sur une baisse du PIB mondial de 3% en 2020, l’institution de Bretton Woods prévoit une contraction de 3,7% pour l’économie marocaine. Une baisse du PIB marocain qui s’explique notamment par la baisse de la demande étrangère, qui a fléchi de 3,5% au premier trimestre 2020 et des exportations, qui en valeur, chutent de 22,8%, selon les chiffres du HCP. Le Maroc s’en sort toutefois mieux que ses voisins du Maghreb. Le FMI envisage notamment une chute du PIB bien plus conséquente en Algérie, avec une contraction de 5,2% tandis que la Tunisie verra sa croissance baisser de 4,3% en 2020.

Le taux de croissance du PIB au Maroc en 2020. Source: FMI.

Parmi les secteurs les plus impactés par la crise, figurent notamment le tourisme ou encore le secteur industriel, ce dernier souffrira notamment de la baisse de la demande à l’international. Une situation qui nuira à l’emploie et donc aggravera le taux de chômage. Un taux qui se situait à 9,2% en 2019 et qui, avec la crise du coronavirus, grimpera à 12,5% en 2020, prévient le FMI. Le même constat est dressé pour nos voisins algériens, dont le taux de chômage s’envolera à 15,1%.

Le taux de chômage au Maroc en 2020. Source: FMI.

Le FMI a également révélé d’autres prévisions concernant l’évolution de l’économie marocaine en 2020. L’institution monétaire prévoit notamment une hausse du déficit commercial, qui passera à 2020 à -7,1% contre -4,1% en 2019. Idem pour la balance du PIB qui chutera à 7,8% en 2020, contre 4,1 une année auparavant. L’un des seuls indicateurs qui demeurera stable au Maroc est le taux d’inflation, que le FMI prévoit à 0,3% en 2020, contre 3,5% en Algérie et 6,2 en Tunisie.

Le taux d’inflation au Maroc en 2020. Source: FMI.