Consommation: pourquoi le prix de la viande rouge va grimper, et en particulier à Casablanca

4999
.DR

Le prix de la viande rouge est susceptible d’augmenter de façon drastique dans les prochains jours. En cause, la fermeture de plusieurs abattoirs ruraux, épinglés dans le rapport de la Cour des comptes de Driss Jettou.

Plusieurs abattoirs ruraux ont mis la clé sous la porte. Une décision qui suscite de vives tensions au sein des syndicats et associations du secteur qui dénoncent une hausse des prix, affectant non seulement le consommateur, mais aussi les professionnels de l’agroalimentaire, souligne le quotidien Al Massae dans son édition du mercredi 18 décembre.

En effet, ces abattoirs se répartissant sur plusieurs régions et notamment dans la périphérie de Casablanca ont été surpris d’apprendre qu’ils devaient cesser leurs activités sur le champ. Des fermetures qui toucheront également d’autres abattoirs dans les prochains jours, poursuit-on de même source.

Des abattoirs épinglés par Driss Jettou

 

Dans ce sens, des sources professionnels du secteur ont fustigé cette décision, qui à leur sens ne devait s’appliquer qu’après l’ouverture des 12 abattoirs accrédités, ce qui n’est toujours pas le cas. Une annonce qui avait été faite suite à la publication du rapport de la Cour des comptes qui constatait que seuls cinq abattoirs sont conformes dans tout le pays.

Ainsi, le rapport précise par ailleurs qu’il existe plusieurs points noirs, entourant les pratiques et règles d’abattage, surtout au niveau des abattoirs et tueries rurales de viande rouge. Outre le manque de contrôles de la part de l’Office nationale de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), le rapport soulignait le fait que la plupart des exploitants des souks hebdomadaires et des abattoirs ne veillent pas au respect de leurs engagements envers les communes.

En effet, «il a été constaté que les abattoirs de plusieurs communes se trouvent dans une situation inappropriée par rapport aux normes de sécurité sanitaire et d’hygiène requises dans ce domaine», peut-on lire dans le rapport en question.

Néanmoins, des sources ont confié au quotidien arabophone que des abattoirs ruraux non conformes poursuivent leurs activités, pour répondre aux difficultés d’approvisionnement rencontrées par les professionnels du secteur.