Commerce international: la BCP décrypte la nouvelle réglementation pour ses clients

83

Dans le cadre de sa politique de proximité et d’accompagnement de sa clientèle Entreprises, le groupe Banque Centrale Populaire (BCP) a organisé, ce mercredi 5 février à Casablanca, une rencontre en faveur des opérateurs de commerce extérieur portant sur une thématique de grande actualité : «Performance des entreprises à l’international, entre évolution réglementaire et opportunités de développement»

La croissance des échanges commerciaux à l’international a en effet été accompagnée par d’importantes évolutions réglementaires au niveau national et international entrées en vigueur le 1er janvier 2020. C’est dans ce contexte que la BCP a souhaité à travers cette rencontre sensibiliser les entreprises marocaines aux nouveautés réglementaires apportées par les règles incoterms 2020, d’une part, et par la réglementation de change, d’autre part.

Il s’agissait également de présenter son dispositif d’accompagnement mis en place à travers la Banque Transactionnelle du Groupe, en faveur des opérateurs de commerce extérieur.  «Nous avons souhaité interagir avec nos clients d’une manière plus directe, en leur apportant l’analyse et l’éclairage nécessaires au développement sécurisé de leurs activités à l’international », a expliqué Kamal Mokdad, Directeur Général de la BCP et de l’International.

Lire aussi: Vidéo. La Banque Populaire fait évoluer son identité de marque

Pour sa part Christoph Martin Radtke, expert en commerce international et co-président du Comité de rédaction des Incoterms 2020 auprès de la Chambre de Commerce Internationale, a affirmé que face à «des opérations de plus en plus complexes, la version 2020 des Incoterms apporte des évolutions majeures pour faciliter la lecture et uniformiser la compréhension des règles et ce, dans le but d’encourager le développement des flux commerciaux à l’international ».

Lors de son intervention Younes Bouchelkha, directeur de la réglementation & affaires juridiques à l’Office des Changes a soutenu que «la réglementation de change 2020 introduit de nouvelles mesures de libéralisation et d’assouplissement aussi bien en matière d’opérations courantes qu’en matière d’opérations sur le capital, œuvrant ainsi à la consolidation du régime de convertibilité et à la simplification des dispositions».