Casablanca: le délégataire Alsa commande 500 bus chez Daimler

Crédit: DR.

Alsa a commandé 500 bus urbains chez Daimler pour constituer sa flotte de bus devant servir à Casablanca pour les quinze prochaines années. La filiale espagnole de groupe britannique National Express ne recevra pas cette commande avant la fin de 2020, a indiqué le constructeur allemand.

«Cette commande majeure comprend 420 bus Mercedes-Benz Conecto solo et 80 bus articulés Mercedes-Benz Conecto G », indique Daimler.

Le constructeur allemand précise que 150 bus sont achetés pour le compte de l’Etablissement de coopération intercommunale (ECI) Al Baida en ajoutant que les véhicules, qui seront produits dans l’usine turque de Daimler Buses, seront équipés conformément à la norme antipollution Euro VI.

L’annonce du constructeur allemand n’a fait que raviver les interrogations à propos de l’acquisition des bus casablancais après que la première transaction (de 350 bus) ait été annulée.

Le spectre de M’dina Bus

Selon des sources bien informées, l’avortement de la première transaction aurait pour raison les risques liés au procès judiciaire qui opposent l’ancien délégataire de M’dina Bus au Conseil de la Commune de Casablanca en tant que représentant de l’autorité délégatrice.

Le risque de voir le tribunal commercial prononcer un jugement en faveur de M’dina Bus et son directeur Khalid Chrouate avec une éventuelle saisie du matériel roulant aurait poussé les responsables de la ville à faire le choix de laisser Alsa passer commande.

Et ce, d’autant plus que l’audit du contrat de délégation, commandité par le ministère de l’Intérieur en tant qu’autorité délégatrice et partie du contrat, a donné raison au délégataire (M’dina Bus).

En effet, l’expertise du cabinet KPMG avait  évalué le préjudice – causé par le Conseil de la ville à la filiale de Transinvest – à plus de 4,5 milliards de dirhams uniquement sur la période 2004-2016.

Selon des sources proches du dossier, le préjudice serait évalué à près de 7 milliards de dirhams (MMDH).

Un élu de l’opposition au sein du Conseil de la ville a déclaré à H24INFO sous le sceau de l’anonymat que les Espagnols  auraient imposé cette issue aux responsables de la ville avant la signature du contrat de gestion délégué des transports.