Bombardier vend sa filiale d'avions régionaux à Mitsubishi

à 17:30
DR.

Le constructeur aéronautique canadien Bombardier a annoncé lundi "une entente définitive" avec le groupe diversifié japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) concernant la vente du programme d'avions régionaux CRJ, contre 550 millions de dollars américains en liquidités.

Après avoir cédé à Airbus son programme de moyen-courrier CSeries --rebaptisé A220-- et si cette transaction avec MHI est finalisée comme prévu au cours du second semestre 2020, la branche aérienne de Bombardier ne produira plus que des jets d'affaires, son coeur de métier qui a fait son succès.

Lire aussi: Bombardier ne quittera pas le Maroc, assure MHE

L'entreprise nippone, outre les 550 millions de la vente de CRJ, versera à Bombardier 200 millions de dollars pour couvrir "des passifs" liés à ce programme, selon des communiqués des deux groupes.

Une fois l'acquisition réalisée, le constructeur japonais aura mis la main sur "les activités de maintenance, de soutien, de remise à niveau, de marketing et de vente" du programme CRJ, situées au Canada (Montréal, Québec, Toronto) et aux Etats-Unis (Bridgeport en Virginie-Occidentale et à Tucson en Arizona).

"Les activités acquises sont complémentaires des activités existantes de MHI liées aux avions commerciaux et tout particulièrement au développement, à la production, aux ventes et au soutien des avions commerciaux de la gamme Mitsubishi SpaceJet", a fait valoir Bombardier.

"Cette transaction constitue l'une des étapes les plus importantes de notre direction stratégique visant à bâtir de solides capacités mondiales" et permet à MHI de se renforcer avec des services aéronautiques "comprenant la maintenance, la réparation et la révision, l'ingénierie et le soutien à la clientèle", s'est félicité Seiji Izumisawa, PDG de Mitsubishi Heavy Industries Ltd.

Lire aussi: Bombardier s'apprête à vendre ses usines de Casablanca

Pour le patron de Bombardier Alain Bellemare, cette vente marque "la transformation de notre secteur aéronautique".

"L'avenir" du géant canadien de la mobilité, a-t-il ajouté, repose désormais "sur deux piliers de croissance solides: Bombardier Transport, regroupant nos activités de transport sur rail (...), et Bombardier Aviation, regroupant nos activités d'avions d'affaires".