Bombardier aspire à faire du Maroc un Hub pour ses activités

1354
Taoufiq Boussaid, président de Bombardier Transport Maroc. Crédits photo : Abdellah Ouardirhi.

Bombardier s’est fixé comme objectif de faire du Maroc un Hub pour le développement de ses activités, tout aussi bien au royaume, en Afrique, mais aussi en Europe. Le management de la filiale marocaine de la multinationale canadienne a ainsi partagé les objectifs du groupe pour la croissance de l’écosystème ferroviaire.

En marge de la deuxième édition du Rail Industry Summit, qui se tient du 21 au 23 novembre à Casablanca, Bombardier, opérateur international des industries aérospatiales et ferroviaires, à partager sa volonté de placer le Maroc en tant que plateforme de développement de ses activités en Afrique et en Europe. Selon Taoufiq Boussaid, président de Bombardier Transport Maroc, le royaume dispose d’un potentiel important, que ce soit pour les offres de financement, son emplacement géographique, ses infrastructures, sa main-d’œuvre compétente, etc. Dans ce sens, il est à noter que Midparc Bombardier Aéronautique Maroc se place en tant que deuxième structure du groupe dans le monde avec 500 salariés, après la structure en Inde qui compte 2.000 employés.

Sebastien Ridremont, directeur écosystème Maroc de Bombardier, a pour sa part indiqué que le royaume offre des opportunités importantes à saisir. La demande sur le marché national résulte directement dans la création de nouvelles solutions de mobilité urbaine, mais aussi la mise en place d’infrastructures de liaison portuaires, terrestres et aériennes. Par ailleurs, la construction d’infrastructures à haute capacité a pour objectif de sortir les zones éloignées de leur isolement, ainsi que d’établir un système de transport efficace pour les villes peu desservies. Ridremont a indiqué que l’un des objectifs majeurs de Bombardier est de porter l’expérience du tramway de Casablanca et Rabat à d’autres villes du royaume.

Le groupe cherche ainsi à se placer en tant qu’acteur majeur dans l’établissement d’un modèle de Smart City hautement fonctionnel, dans la mesure où les routes et les transports seront intelligents. Cela se traduit par la mise en place de routes connectées qui permettent par exemple d’avoir une idée sur l’état de la route selon la météo, de repérer les accidents, d’éviter les embouteillages, etc. Ajouter à cela, l’objectif est de mettre en circulation des moyens de transport écoresponsables, notamment des véhicules carburants à l’électricité, ainsi que de réduire le nombre de véhicules en ville à travers les transports en commun.

Le plan du ministère de l’Industrie pour le développement du climat des affaires

Le management de Bombardier a par ailleurs indiqué que ces changements ne sont possibles qu’à travers une coopération étroite avec les autorités marocaines. Ainsi, Ali Seddiki, conseiller au sein du ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Économie numérique, a indiqué que dans le cadre du Plan d’Accélération industrielle 2014-2020, se base sur trois points essentiels.

Le premier concerne l’emploi, notamment à travers la création de 500.000 emplois, dont 250.000 dans l’industrie à travers les investissements directs étrangers. Le second point vise à créer de la valeur ajoutée à hauteur de 23 % et en portant la part de l’industrie à 9 points dans le produit intérieur brut du royaume. Le troisième point aspire à créer un équilibre dans la balance commerciale, notamment en renversant la tendance du marché à travers les exportations et l’intégration locale.

Par ailleurs, le ministère offre un soutien adapté aux besoins des opérateurs économiques, notamment à travers des fonds de développement industriel, doté d’une enveloppe financière de 20 milliards de dirhams, la proposition d’offres bancaires allégées, et ce en partenariat avec les différents acteurs bancaires, la mobilisation de 1.000 hectares de foncier dédié aux investisseurs, la mise en adéquation des compétences actives nationales, mais aussi l’utilisation de la commande publique en tant que source de développement industriel.