H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    La réforme du régime de change aura un impact limité sur l’évolution des prix à moyen terme. C’est ce qui ressort du dernier rapport de Bank Al Maghrib.
    Les évaluations effectuées par Bank Al-Maghrib (BAM) montrent que l’impact à moyen terme de la réforme du régime de change, reste limité et que l’effet sur l’inflation, même dans le cas extrême d’une dépréciation de 2,5% du dirham, ne devrait pas dépasser 0,4 point de pourcentage.
    A plus long terme, la mise en place d’un cadre de ciblage d’inflation, prévu à un stade avancé de cette transition, permettrait davantage d’efficacité de la politique monétaire, a relevé BAM dans son rapport annuel au titre de l’exercice 2017, présenté, dimanche à Al-Hoceima devant le roi Mohammed VI, par le wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri.
    Entamée le 15 janvier 2018, la première étape de la flexibilisation du régime de change a consisté en l’élargissement de la bande de fluctuation du dirham de 0,3% à 2,5%, a précisé la même source, notant que cette réforme vise à renforcer la capacité de l’économie nationale à absorber les chocs externes et à soutenir sa compétitivité.
    Avant cette réforme, les autorités avaient opté pour un régime de change fixe où la valeur du dirham est définie par référence à un panier de devises dont la structure reflète celle des règlements extérieurs. Depuis avril 2015, celui-ci est composé à hauteur de 60% de l’euro et de 40% du dollar américain.
    Ce régime avait contribué à la modération de l’inflation à travers son ancrage à celle de la zone euro, principal partenaire commercial du royaume. Sur la période 2008-2017, le taux d’inflation moyen au niveau national ressort à 1,4% globalement et à 1,5% pour les biens et services échangeables, niveaux proches de la moyenne de 1,4% enregistrée dans la zone euro sur la même période
    Bien que cette fixité du régime de change combinée aux restrictions sur le compte capital ait pu contribuer à prémunir le Maroc des effets directs émanant des turbulences financières durant la crise de 2008, celle-ci constitue une source de vulnérabilité en privant l’économie marocaine d’un amortisseur potentiel des chocs externes.

    Share.

    Comments are closed.