Aérien: le mythique Boeing 747 se retire du ciel américain

672

Une page se tourne pour cet avion avec lequel le trafic aérien a basculé dans l’ère du transport de masse.

Le Boeing 747 n’en finit pas de tirer sa révérence. Cette fois, son adieu est symbolique: le premier superjumbo de l’histoire aéronautique se retire des États-Unis. Delta Airlines sortira son dernier 747 de sa flotte, le 19 décembre prochain, après un dernier vol commercial, entre Séoul et Detroit, berceau industriel de Boeing et du 747. Dès lors, plus aucune compagnie américaine ne pilotera de 747. C’est déjà le cas au Japon, depuis mars 2014.

Pour autant, l’avion ne disparaît pas des radars, grâce aux compagnies européennes qui contrôlent la majorité des quelque 480 superjumbos encore en service. Les 747 continueront à sillonner le ciel mondial pendant de longues années.

 Un long règne

Une nouvelle page se tourne toutefois pour cet avion avec lequel le trafic aérien a basculé dans l’ère du transport de masse. Vendu à plus de 1554 exemplaires, le 747 est né dans l’imagination de Joe Sutter, ingénieur en chef chez Boeing, et de son équipe de jeunes ingénieurs talentueux, baptisés «les Incroyables». Entré en service en 1970, le 747 peut franchir d’une traite 13.450 km avec, à son bord, entre 416 et 524 passagers.

Le superjumbo fut développé en plusieurs versions, dont une militarisée (Air Force One) pour les présidents américains. Il a régné sur le segment des très grands appareils jusqu’à la mise en service de l’Airbus A380 en 2007. Sa toute dernière version, le 747-8, ne connaît pas le même succès que le 747 classique. Les temps sont durs pour ces avions géants, confrontés à la concurrence d’avions bimoteurs de nouvelle génération, comme le 787, le 777 et l’A 350.