Automobile: à cause de la «crise politique», Volkswagen suspend sa production en Algérie

Crédit: DR

Le constructeur automobile allemand Volkswagen a annoncé sa décision de suspendre sa production en Algérie jusqu’à nouvel ordre. Sa décision est motivée par la persistance de la crise politique, selon les médias allemands.

 

La crise politique qui persiste en Algérie commence à faire de lourds dégâts. N’ayant pas de visivilité quant à l’issue du procès du patron de son partenaire algérien Sovac, Mourad Oulmi, placé en détention provisoire depuis juin dernier, le constructeur allemand a pris sa décision d’arrêter ses livraisons à son partenaire algérien au lendemain de l’élection d’un nouveau chef d’Etat.

Bien qu’elle n’est au courant d’aucune enquête lancée à l’encontre de quiconque au sein de Volkswagen Algérie, Volkswagen n’a pas été convaincue par les promesses des responsables algériens quant à une reprise de l’activité normale chez Sovac.

Selon le site d’information algérien Tout sur l’Algérie (TSA), la tutelle algérienne du secteur automobile a essayé en vain de rassurer le géant mondial de l’automobile.

Le 8 octobre, la ministre de l’Industrie et des mines Djamila Tamazirt avait tenté de rassurer les partenaires étrangers concernés par l’usine de montage Volkswagen en Algérie en recevant en audience les ambassadeurs d’Allemagne, d’Espagne et de République Tchèque accompagnés de représentants du constructeur allemand, indique TSA.

«Mme la ministre a fait remarquer qu’après les réajustements opérés en 2019, l’activité du groupe Sovac reprendra son cours normal en 2020 (selon le dossier présenté et approuvé par le Conseil national de l’investissement) », avait affirmé le ministère de l’Industrie, à l’issue de cette rencontre.