Chabat-Lachgar ou «la révolte des gueux»

Chabat et Lachgar incarnent une révolte sociale et un véritable conflit d’élites et même de classes qui méritent d’être observés.

On associe souvent le déclin de l’Istiqlal et de l’USFP, les deux grands partis historiques marocains, aux figures de leurs dirigeants : Hamid Chabat et Driss Lachgar. Pour certains, notamment pour leurs adversaires, ils incarnent un populisme au rabais, une dévalorisation totale de l’action politique, et un style autoritaire lorsqu’il s’agit de gérer les affaires internes des deux partis.

Leur arrivée concomitante, fin 2012, à la tête de leurs formations politiques, a été vécue par leurs détracteurs comme une catastrophe. Mais on aurait tort de réduire l’émergence de ces deux hommes, et la place qu’ils ont occupée sur l’échiquier politique, à une question de populisme ou de style. Ils sont le produit d’une évolution sociologique, lente et profonde. Chabat et Lachgar incarnent une révolte sociale et un véritable conflit d’élites et même de classes qui méritent d’être observés.

Comme chacun le sait, les partis issus du mouvement nationaliste sont nés dans les grandes villes du pays. Ils étaient animés essentiellement par des jeunes originaires de la bourgeoisie urbaine. Ces derniers ont eu le privilège de recevoir une éducation moderne, d’obtenir des diplômes à l’étranger et d’occuper rapidement des fonctions importantes dans le Maroc indépendant. Ils étaient ministres, députés, chefs de partis et également opposants à Hassan II. Pendant longtemps, la direction de ces partis a été une affaire de familles bourgeoises de Fès, de Marrakech ou de Rabat. Ces élites urbaines ont dominé la vie politique marocaine et l’ont marquée pendant des décennies.

Mais pour diriger un parti, maîtriser ses structures, dissuader et punir parfois ses adversaires internes ou assurer sa domination, il ne suffisait pas d’avoir des idées, un bon statut social et une légitimité au sein du parti. Il fallait aussi disposer d’hommes de confiance, capables de mettre les mains dans le cambouis, de porter des coups, de manœuvrer dans les coulisses et de faire ce que les leaders, les hommes en costume-cravate ne pouvaient pas faire. Ces hommes de main appartenaient à des milieux modestes, ils avaient souvent adhéré très jeunes au parti et grimpé patiemment tous les échelons d’une carrière militante. Ils sont de vrais apparatchiks, qui ont fini par mettre la main sur leur parti politique. Hamid Chabat et Driss Lachgar incarnent cette ascension. Pendant des décennies, ils ont tissé leurs toiles dans l’ombre, créé des réseaux de fidèles et de soutiens, sillonné le Maroc pour mettre leurs hommes à la tête des différentes sections de l’USFP ou de l’Istiqlal. Et ils ont attendu leur heure.

En 2012, ils étaient là, à cueillir le fruit d’un patient investissement politique. Les anciens «gueux», hommes à tout faire, sont devenus des seigneurs, chefs des deux partis historiques du pays. Une revanche sociale est en œuvre. Les nouveaux patrons font le vide dans leur parti et les représentants de « l’aristocratie » partisane disparaissent peu à peu des instances dirigeantes. Ceux qui restent acceptent, bon gré mal gré, de se mettre sous l’autorité des deux chefs et d’autres profils sociologiques font leur apparition.

Les deux partis changent et se métamorphosent: le centre de gravité de l’Istiqlal se déplace vers le sud, quittant Fès et Marrakech, tandis que les élites urbaines désertent l’USFP. Driss Lachgar ressemble de plus en plus au personnage principal de L’automne du patriarche (le roman de Gabriel Garcia Marquez), un général solitaire, régnant sur une armée morte, alors que Hamid Chabat, au moment où ces lignes sont écrites, semble arriver à la fin d’un cycle politique.