Vidéo. Jihane Bougrine réunit des personnalités marocaines dans son nouveau single « Madabya »

313

Le troisième extrait de l’album «Dima Labass» de Jihane Bougrine, première artiste marocaine à signer avec Universal Music Mena, est de sortie ce jeudi 11 juin. Un hymne à l’amour, au respect, à la différence composé et co-écrit par Jihane Bougrine, arrangé par le musicien et oudiste Zakaria Masrour.

L’auteure compositrice et interprète marocaine s’est entouré de nombreux artistes dans son clip, coréalisé et monté en plein confinement, par Julien Foure.

Troisième single après «Farha» et «Khelini Alik», «Madabya» est une chanson pleine d’espoir sur un monde meilleur, imaginé par Jihane Bougrine. Composée par l’auteure compositrice interprète qui est la première marocaine à signer avec Universal Music Mena, le nouveau morceau est une bossa nova rock marocaine qui sublime des paroles en darija écrites par Jihane Bougrine et Ayoub Belmokkadem.

«Optimiste et presque utopiste, Madabya, une chanson que j’ai écrite il y a 7 ans. Elle a mis du temps à trouver le chemin du public, mais la voilà aujourd’hui, dans un contexte qui lui donne encore plus de résonance, et plus de raison», explique Jihane Bougrine, artiste engagée, qui raconte à travers sa musique les hauts et les bas d’une marocaine mi paumée mi aérienne.

Touchée par le monde qui l’entoure, elle donne vie à des chansons en darija et les fait voyager sur des rythmes du monde. De la Moroccan World Music qui fait voyager sa culture dans d’autres sphères et d’autres imaginaires.

Puisqu’une chanson sur le vivre ensemble ne pouvait se faire qu’ «ensemble», Jihane Bougrine a imaginé un clip mosaïque où chacun apporterait sa vision, sa touche, son cœur. Pour sa réalisation, elle a collaboré avec le réalisateur de talent Julien Foure et son équipe, les Free Monkeyz avec la monteuse Soukaina Eljid et la coloriste Pauline Amato.

Le clip met en avant de nombreuses personnalités, artistes, chanteurs et animateurs, confinées à Rabat, Casablanca, Fès, Paris et Beyrouth, telles que: Samia Akariou, Hicham Arazi, Tarik Azgui, Said Bay, Brice Bexter, Assaad Bouab, Mohamed Bousfiha (Momo), Ouidad Elma, Nisrin Erradi, Zainab Fasiki, Nadia Kounda, Fatima Zohra Lahouitar, Abdellah Mountassir Skalli, Sarah Perles, Mouna R’miki, Karim Saidi, Moncef Sakhi et Tania Saleh ainsi que les musiciens, le batteur et percussionniste Amine Bliha, le bassiste Walid Halimi, le oudiste Zakaria Masrour, le pianiste Amine Peterson, avec la participation exceptionnelle du guitariste auteur et compositeur Mehdi El Omari.

Pour que la chanson soit comprise par la majorité, Jihane Bougrine a tenu à ce que «Madabya» soit interprétée en langage des signes, chose rendue possible grâce à la précieuse aide de Atika Zoubir.

«C’est une chanson sur le regard de l’autre, sur le fait que l’on puisse vivre tous en paix, et que l’autre puisse être capable de toujours être bienveillant, de nous regarder avec amour avant de penser à la religion ou à la couleur de peau. Ce qui se passe aux Etats-Unis est l’exemple même que l’amour du prochain n’est pas encore chose acquise», précise la chanteuse qui a profité du confinement pour créer autrement.

Après la diffusion de «Madabiya», l’album «Dima Labass» sera de sortie dès le 18 juin sur toutes les plateformes Youtube, Spotify, Anghami, Deezer et Apple.