Vidéo. Dekhla b'ktab: le rap au service du social

635

Offrir un livre pour accéder à un concert, c’est le concept original de Dekhla B’Ktab, une initiative portée par le jeune militant associatif Marwane Naji qui a mis le social au service du livre. Le 7 novembre à la scène de la F.O.L, le public Casablancais a échangé des livres contre des places de concert du rappeur marrakchi Ness You et l’ambiance était au rendez-vous. Reportage.


Lancée en 2014, l’initiative Dekhla B’ktab a pour  but de créer des bibliothèques dans des régions excentrées du Maroc. Le concept est simple: chaque personne souhaitant assister à l’un des concerts organisés par Dekhla B’ktab doit échanger un livre contre le ticket d’entrée.
Marwane Naji, le fondateur du concept nous explique que l’idée lui a été inspirée de ses expériences dans l’associatif. «Je voulais penser à une action sociale qui créera vraiment le changement, offrir des habits aux personnes vivant dans des régions marginalisées par exemple ne règle des problèmes que de façon provisoire. Moi je pensais à quelque chose qui pouvait éveiller les esprits, faire de ces habitants-là des citoyens modèles, qui pouvaient eux-mêmes aider leurs villages dans le futur et quoi de mieux que la lecture pour cela», nous explique Marwane Naji.
Lire aussi: Vidéo. Piratage de livres: les professionnels tirent la sonnette d’alarme
Aidé par des bénévoles, ainsi que par les associations locales des régions qu’ils visaient, Marwane Naji a pu grâce à l’initiative « Dekhla B’ktab » créer six bibliothèques dans six différents villages.  Les artistes ayant participé à la quinzaine d’éditions organisées jusqu’à aujourd’hui ont par ailleurs tous accepté de se produire gratuitement. «Certains artistes se proposaient même pour nous aider dans l’organisation, en nous aidant à louer le matériel de sonorisation ou en contactant d’autres artistes pour de prochains événements», se réjouit Marwane Naji.
Le 7 novembre dernier, l’objectif de l’équipe de Dekhla B’ktab était de récolter 1000 livres pour créer une bibliothèque à Laâyoune. Un objectif qui n’a malheureusement pas été atteint lors du concert puisque seuls 300 livres y ont été récoltés, mais duquel ils se sont rapprochés grâce aux 500 ouvrages supplémentaires envoyés par des personnes qui n’ont pas pu être présents à l’événement.
Pour les éditions futures, Naji et son équipe sont optimistes. «Nous avons toujours agi seuls, mais aujourd’hui nous bénéficions de l’encadrement de l’association Eac L’boulevard. Ça nous a grandi», déclare Oumaima Kebdi, l’une des bénévoles derrière Dekhla B’ktab. Marwane Naji nous confie que l’étape prochaine serait de pouvoir agrandir l’événement de sorte à pouvoir organiser des éditions au même temps dans différentes villes.