Rétro 2018. Les livres qui ont marqué l'année

à 14:45

Et si on débutait l'année en lisant?  Aidés par l'Union Professionnelle Marocaine des Éditeurs, nous avons sélectionné pour vous cinq livres d'auteurs marocains qui ont marqué l'année 2018.

  •  “Le corps enchaîné” ou comment l'islam contrôle la femme, de Mohammed Ennaji. (éditions La Croisée des Chemins)

Comment l’islam contrôle la femme. Dans cet essai, le sociologue et historien Mohamed Ennaji élabore la thèse suivante : «La liberté, l’égalité, la dignité de la femme dans le monde musulman, ne sont envisageables qu’en dehors du paradigme religieux». Lors de la signature de son ouvrage, nous avons eu l'occasion d'en discuter.

 

 

  • Les Ait Chéris de Zakya Daoud (Editions Sirocco)

Paru aux éditions Sirocco, les Ait Chéris de Zakya Daoud raconte les histoires de plusieurs couples franco-marocains dont les destins nourrissent les “espoirs de la mixité” lors de quinze années “cruciales” dans la construction du Maroc. Dans ce roman, Zakya Daoud offre une fresque des années postindépendance du Maroc.

 

 

 

 

    •  “Une Chute infinie”, une petite chronique de feu Mohammed Leftah (Editions La croisée des chemins)

À l’occasion du 10e anniversaire de sa disparition, et en hommage à cette figure emblématique de la littérature marocaine, La Croisée des Chemins a réédité quelques titres de Feu Mohamed Leftah. Le premier ouvrage de cette collection est "Une chute infinie", une petite chronique parue initialement aux Éditions La Différence en 2008. À Settat, un adolescent se donne la mort devant sa classe, sidérée. Mohamed Leftah était un des élèves. Il revient sur ce geste et livre une chronique acide d'un village marocain dans les années soixante, où se mêlent bigoterie et hypocrisie.

 

 

  • “Casablanca, Nid d'artistes”
    de Leila Slimani et Kenza Sefrioui (Malika éditions)

A travers leur beau-livre «Casablanca, nid d’artiste», Leila Slimani et Kenza Sefrioui rappellent l’ébullition artistique de la ville blanche en allant à la rencontre d’une centaine d’artistes écrivains, musiciens, cinéastes… pour explorer leur univers et comprendre ce que Casablanca a apporté à leur créativité.

 

 

 

 

  • Oeuvre poétique de Abdellatif Laâbi (Editions Sirocco)

A travers son"oeuvre poétique", Abdellatif a mis à la portée des lecteurs marocains 50 ans de passion et de poésie à un prix symbolique. Dans cet ouvrage qui compte une vingtaine de recueils rassemblés, l'écrivain partage son regard sur la vie “à la fois passionné et subtil, grave et rieur, intime et universel, exigeant et tendre”.