Vidéo. Rencontre avec Mo Saoudi, le chorégraphe de Rihanna

Depuis 12 ans, Mo Saoudi voyage dans le monde et danse avec les plus grandes stars. Mariah Carey, Janet Jackson, Rihanna ou encore Pharell Williams, toutes ces stars et d’autres encore ont dansé avec lui. Pendant notre rencontre au Studio des Arts Vivants à Casablanca, Mo nous a raconté certaines anecdotes avec les stars qui l’ont marqué et donné des conseils aux danseurs marocains.
Mo Saoudi est la preuve qu’on peut tout faire quand on est passionné. Autodidacte, il a appris à danser quand il était très jeune et poursuit sa passion depuis 12 ans de façon professionnelle. Aujourd’hui des stars internationales se l’arrachent. Rihanna l’a même choisi pour être son chorégraphe. Mais, même si Mo est fier de ces expériences, il nous confie qu’il n’aime pas résumer sa réussite à ses collaborations.
« Ce dont je suis fier à chaque fois, c’est plus d’avoir été pris au casting et d’avoir réussi la chorégraphie que de dire j’ai dansé pour telle ou telle personne, parce qu’à la fin ces stars sont comme nous… Elles sont pareilles », nous déclare-t-il.
D’ailleurs Mo nous avoue aimer autant danser avec des stars qu’apprendre des chorégraphies à des danseurs de tous âges et de tous milieux sociaux. Au Maroc, c’est avec Ichtah, mouvement marocain dédié à la danse Hip hop initié par la danseuse marocaine Sara Zniber, qu’il donne des cours à des danseurs marocains de tous âges. Mo Saoudi est d’ailleurs le parrain du mouvement et est content de pratiquer sa passion au Maroc.
« C’est une fierté de donner un cours au Maghreb. Et puis donner des cours au Maroc m’apporte beaucoup en terme d’apprentissage, parce que les danseurs de chaque pays ont leur spécificités et donc il y a toujours quelque chose à apprendre de plus en travaillant dans un nouveau pays », nous explique-t-il.
Mo Saoudi conseille enfin à tous les  Marocains qui veulent percer dans la danse de voyager à l’étranger afin de s’ouvrir aux différentes cultures et de s’inspirer de toutes les formes d’art existant dans le monde. « Une formation de 3 semaines de danse à Londres par exemple permettrait à un danseur d’apprendre énormément de choses… Et puis voyager fait beaucoup de bien à l’esprit, et en matière de danse, c’est l’esprit qui compte et non le corps », estime-t-il.