Mehdi Qotbi: "j'ai vendu mes première œuvres à 20 dhs la toile"

350

Mehdi Qotbi revient sur ses débuts dans le monde artistique et raconte comment sa rencontre avec l’artiste peintre Jilali Gharbaoui a marqué son parcours à jamais.
Il est le président de la fondation nationale des musées mais également la figure de proue de l’art contemporain marocain. Ses toiles ont sillonné le monde, et des marques internationales ont marqué leurs produits de son estampille. Pourtant ses débuts ont été très modestes. C’est du moins ce que révèle l’édition du mercredi 23 mai du quotidien Assabah qui raconte en quelques lignes le parcours hors du commun de l’artiste peintre.
Né d’une famille modeste du quartier Takaddoum à Rabat, Mehdi Qotbi a fait ses premiers pas dans le monde de l’art plastique en partie grâce à l’artiste peintre Jilali Gharbaoui. « Je lui serai à jamais reconnaissant… Je l’ai rencontré dans une exposition de l’artiste peintre Schneider. Je me rappelle m’être présenté à lui en tant qu’artiste. Il m’a souri et m’a demandé de lui apporter une de mes œuvres. Cette rencontre m’a marqué » révèle le président de la fondation nationale des musées aux journalistes d’Assabah.
Selon le récit de Qotbi cité par le quotidien, Gharbaoui lui avait alors donné rendez-vous le lendemain pour découvrir ses œuvres . Qotbi le retrouva ainsi dans un café et ce dernier a pris les dessins réalisés par Qotbi et les vendu à ses amis. « Il avait fixé le prix à 20 DH l’œuvre. 40 Dh était donc le premier montant que je gagne grâce à mon art, je l’ai dépensé pour acheter des fournitures de dessin. C’est ainsi que commença  une longue aventure dans le monde de l’Art » se rappelle l’artiste peintre.
S’en suivirent l’inscription de Qotbi à l’école des beaux arts de Rabat qu’il payait « en travaillant dans les ateliers organisés par l’école et en vendant ses œuvres aux étudiantes habitant en France » puis le départ de Qotbi en France en 1969 pour étudier à l’École des beaux-arts  de Toulouse dont il obtient le diplôme en 1972 puis à  l’École Supérieure des beaux-arts de Paris.
Aujourd’hui la passion a triomphé pour Mehdi Qotbi. L’artiste peintre est devenu une figure emblématique de la culture au Maroc et œuvre pour promouvoir la démocratisation de l’accès de la population marocaine à la culture et au patrimoine.