Les frères Bouab personnages clés dans la nouvelle série Netflix « Messiah »

9809
DR

Le 1er janvier dernier, la plateforme américaine a mis en ligne « Messiah« , une nouvelle série sur fond de religion et de géopolitique au sein de laquelle les frères Younes et Assaad Bouab campent des personnages clés. 

L’acteur belge Mehdi Dehbi campe le rôle d’Al Massih (on saura plus tard qu’il s’appelle en réalité Payam Golshiri), un mystérieux personnage apparu en Syrie et prétendant être le fils de Dieu. Avec son charisme et ses miracles, il va attirer des foules jusqu’aux Etats-Unis où les services secrets américains et israéliens vont enquêter à son sujet. Est-ce vraiment un être divin ou un imposteur venu perturber l’ordre mondial?

L’un des agents de la CIA chargé du dossier, Qamar, est d’ailleurs joué par l’acteur marocain Assaad Bouab qui connaît en parallèle un franc succès pour son rôle dans la série française « Dix pour cent ». Le Marocain, surnommé Q par ses collègues, finira par découvrir la réelle identité de celui que tout le monde croit être l’Antéchrist. Son aîné, Younes Bouab incarne un recruteur du groupe terroriste nommé Etat islamique et finira comme cerveau d’une attaque d’une mosquée à Ramallah, en Cisjordanie.

 

Lire aussi : Carlos Ghosn aurait signé un accord avec Netflix

 

Cité par l’agence AFP, Michael Petroni, le réalisateur de ce thriller politico-religieux, affirme que oui, « c’est une série provocatrice. Mais provocateur ne veut pas dire offensant. » Et de préciser: « Ma création ne vise en aucune manière à choquer qui que ce soit », mais il dit se préparer « à ce qu’il y ait beaucoup de bruit autour de la série, et de nombreux débats », ce dont il se réjouit.

Une série qui fait polémique

Même si Michael Petroni soutient qu’aucune religion n’est citée explicitement, certains spectateurs y voient pourtant une interprétation d’Al-Massih ad-Dajjal, un personnage biblique que l’on retrouve également dans la croyance islamique. C’est pourquoi certains spectateurs sunnites se sont indignés de cette représentation en lançant une pétition contre la diffusion de cette série jugée selon elle d’anti-islam, faisant « un doigt d’honneur à la religion ».

« Vous pouvez dire que ce n’est pas un problème, c’est juste une série. Mais cette lente exposition de la propagande maléfique et anti-islamique va lentement détourner les cœurs. Les musulmans ne sont pas les seuls à croire en l’Antéchrist. Ce sujet est assez sensible et faire une production comme celle-ci ne fera qu’oublier aux téléspectateurs que ce sujet n’est pas une blague », lit-on dans la pétition.

Le royaume de Jordanie a également suspendu la diffusion de la série sur son territoire alors même qu’une partie du tournage y avait eu lieu, autorisé par la Royal Film Commission du pays. « L’histoire est purement fictive, tout comme les personnages. Pourtant, la RFC estime que le contenu de la série pourrait être largement perçu ou interprété comme portant atteinte au caractère sacré de la religion, ce qui pourrait contrevenir aux lois du pays », affirme la commission.

Pour le moment, dix épisodes composent celle première saison dont la fin en suspens laisse présager l’arrivée d’une seconde saison.