Le rappeur Soolking «dévasté» après la bousculade qui a fait cinq morts à son concert

à 17:00

Sur les réseaux sociaux, le chanteur algérien a fait part de sa tristesse et soutenu les familles des victimes samedi, au lendemain de la tragédie. Le même jour, Meriem Merdaci, la ministre de la Culture, a présenté sa démission au chef de l’État, à la suite d’accusations de défaillances dans la sécurisation de l’événement.

Plusieurs mois après les manifestations et la démission d’Abdelaziz Bouteflika à la tête du pays, l’Algérie continue d’être dans la tourmente. Jeudi, cinq jeunes ont trouvé la mort lors d’une bousculade avant un concert du rappeur Soolking. Une dizaine d’autres ont été blessés. Le rappeur a diffusé un message de soutien aux familles sur ses réseaux sociaux, en français et en arabe.

«Une tristesse incommensurable»

«J’ai appris avec effroi le décès de cinq innocents à la suite d’une bousculade qui s’est produite peu avant 20h à l’extérieur du stade hier soir. À cela s’ajoute un nombre important de blessés», a rappelé Soolking, qui revenait en Algérie pour la première fois depuis six ans après avoir fui le service militaire. «C’est une tristesse incommensurable qui nous a tous envahis à l’annonce de cette tragédie. Nous sommes tous dévastés et sous le choc mais nous savons que ce n’est rien devant la douleur que peuvent ressentir les familles et les proches des victimes» a-t-il déclaré.

L’artiste qui s’est tout de même produit sur la scène du Stade du 20 Août 1955 à Alger a précisé que ni lui ni les autres artistes présents pour l’occasion (Fianso, Alonzo, l’Algérino) n’étaient au courant de ce qu’il se passait à l’extérieur, justifiant donc le «bon» déroulement du show. «Aucun de nous n’aurait mis un pied sur scène en ayant connaissance de cette funeste nouvelle. (...) Nous savons qu’aucun mot ne pourra soulager la douleur des familles et nous sommes de tout cœur avec eux», a conclu le rappeur qui a supprimé l’intégralité de son contenu Instagram à part ce message.

 

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

J’ai appris avec effroi le décès de 5 innocents à la suite d’une bousculade qui s’est produite peu avant 20:00 à l’extérieur du stade hier soir. A cela s’ajoute un nombre important de blessés. C’est une tristesse incommensurable qui nous a tous envahi à l’annonce de cette tragédie. Nous sommes tous dévastés et sous le choc mais nous savons que ce n’est rien devant la douleur que peuvent ressentir les familles et les proches des victimes. Ni moi ni les artistes m’accompagnant sur scène n’ont eu connaissance de ce drame et ses douloureuses conséquences avant et pendant le concert ce qui explique le fait que nous ayons continué notre prestation. Aucun de nous n’aurait mis un pied sur scène ayant cette funeste nouvelle. Nous partageons la peine des familles des victimes et prions dieu le miséricordieux pour qu’il les accueille dans son vaste paradis. Nous savons qu’aucun mot ne pourra soulager la douleur des familles et nous sommes de tout cœur avec eux ان لله وان اليه راجعون A dieu nous appartenons et à lui nous retournons 🙏😢. لقد تلقيت الخبر بصدمة عن وفاة 5 أشخاص أبرياء نتيجة التدافع الذي حدث قبل الساعة 8 مساءً خارج الملعب الليلة الماضية ،يضاف إلى ذلك عدد كبير من الجرحى قد غزانا حزن لا حصر له ، لنا جميعا عند الإعلان عن هذه المأساة. كلنا مصدومون من الحدث و متألمون ، لكننا نعرف أنه لا شيء أمام الألم الذي يمكن أن تشعر به أسر وأقارب الضحايا. لم أكن أنا ولا الفنانين الذين رافقونني على المسرح على دراية بهذه الحادثة وعواقبها المؤلمة قبل وأثناء الحفل الموسيقي مما يفسر استمرار أدائنا . لا أحد منا كان قد صعد على خشبة المسرح لو كنا بدراية بهذا الخبر القاتل. نشارك عائلات الضحايا في أحزانهم ونطلب من الله الرحمن الرحيم للترحيب بهم في جنته الواسعة. نحن نعلم أنه لا توجد كلمة يمكن أن تخفف من آلام العائلات ونحن بكل إخلاص معهم إنا للّه و إنا إليه راجعون

Une publication partagée par soolkingofficiel (@soolkingofficiel) le

 

La tragédie a provoqué l’émoi du peuple algérien et certains hommes politiques ont réclamé la tête de la ministre de la Culture, Meriem Merdaci, obtenant gain de cause. Chafaâ Bouaiche, député du Front des forces socialistes, a appelé la trentenaire en poste depuis cinq mois à démissionner en raison de la mauvaise organisation de l’évènement. Samedi, Meriem Merdaci a fini par présenter sa démission au chef de l’État Abdelkader Bensalah qui l’a acceptée. Selon ObservAlgérie, la ministre s’était rendue sur place la veille du concert pour s’assurer que tout était prêt. Hassane Rabehi, ministre de la Communication et porte-parole du Gouvernement a été chargé d’assurer l’intérim.

L’affaire fait du remous dans un pays tout juste sorti d’une crise politique à laquelle avait pris part Soolking avec son morceau engagé Liberté, devenu l’hymne de la jeunesse révoltée. «Nous serons l’obstacle de ce pouvoir et notre flamme ne s’éteindra jamais», chantait-il accompagné du collectif Ouled El Bahdja. Une chanson qu’il a jouée le soir du drame, repris en chœur par l’ensemble du public.