Le film marocain "Sofia" de Meriem Ben M'barek rafle trois prix aux 29èmes Journées cinématographiques de Carthage

Le film marocain « Sofia » de Meriem Ben M’barek s’est vu attribué trois prix lors de la 29ème édition des Journées Cinématographiques de Carthage, clôturée samedi soir au Théâtre de l’Opéra à la cité de la culture de Tunis.
Il s’agit des Prix TV5 Monde et Taher Cheriaa lors de la compétition première œuvre et d’une mention spéciale lors de la compétition officielle des longs métrages fiction.
Outre « Sofia », deux autres productions marocaines étaient inscrites en compétition officielle des Journées Cinématographiques de Carthage, en l’occurrence « Laaziza » du réalisateur Mohcine Basri (long-métrages de fiction) et « We Could Be Heroes » de la réalisatrice marocaine Hind Bensari qui a concouru dans la catégorie des longs-métrages de la compétition officielle des films documentaires.
A cette occasion, les membres du jury, qui ont visionné sept films dont 4 documentaires, ont salué la qualité du long-métrage de Meriem Ben M’barek et souligné l’importance du sujet abordé.
« Le film auquel nous avons décidé d’accorder à l’unanimité le prix de première œuvre, le prix Taher Cheriaa et le prix TV5 monde nous a convaincu pour ses excellentes qualités et sa créativité cinématographique », ont-ils précisé.
Ce film décrit avec beaucoup de finesse et de justesse un personnage qui se débat dans notre société où l’arbitraire transforme souvent la victime en coupable, ont-ils précisé.
Lire aussi : "Sofia" de la marocaine Meryem Ben M'barek remporte le Valois du scénario à Angoulême
Dans une déclaration à la MAP, l’actrice Maha Alami qui a reçu ces prix au nom de la réalisatrice Meriem Ben M’barek, s’est déclarée « fière » de voir ce film triplement récompensé lors des Journées Cinématographiques de Carthage.
Ce film, sorti en septembre 2018, avait reçu le Prix du meilleur scénario à Cannes dans la section « Un Certain Regard », le prix Le Valois du scénario du Festival Francophone d’Angoulême et a été nominé 8 fois.
Il relate l’histoire de Sofia, 20 ans, qui vit avec ses parents à Casablanca. A la suite d’un déni de grossesse, elle se retrouve dans l’illégalité en accouchant d’un bébé hors mariage. Ce personnage éponyme (jouée par Maha Alami), avec l’aide de sa cousine Lena (Sarah Perles), part à la recherche du père de son enfant, afin d’éviter que l’hôpital où elle a accouché n’alerte les autorités.
Quelques 44 films de fiction et documentaires, entre courts et longs-métrages, étaient en compétition officielle des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC) 2018.
Les œuvres retenues en compétition officielle figurent sur une liste totale de 206 films, provenant de 47 pays dans les différentes compétitions et sections (compétitions officielle, section officielle hors-compétition, sections parallèles et Carthage Pro) de ce festival.
Lire aussi : 'Razzia' et 'sofia' toujours au programme du festival de Haïfa
Dans la section « Sessions parallèles » des JCC, les organisateurs ont conçu le « Focus des JCC » où quatre pays y ont pris part comme invités d’honneur à savoir l’Irak, le Sénégal, l’Inde et le Brésil.
Pour ce qui est du « Grand Jury » des JCC 2018, la présidence a été confiée à l’Américaine Deborah Young, notamment rédactrice en chef de la section film international pour « The Hollywood reporter » et l’une des figures de proue de l’industrie cinématographique mondiale.
Outre la Tunisie et les Etats-Unis, cinq autres pays ont été présents dans le Grand Jury des JCC 2018 à savoir le Brésil représenté par le cinéaste Licino Azevedo, le Liban par l’actrice Diamand Bou Abboud, la Guinée par la comédienne Maimouna N’Diaye, la Palestine par la réalisatrice Mai Masri et le Sénégal par l’académique Beti Ellerson.