« Kabour » à Abidjan pour un comeback des plus déjantés

412

La verve de Hassan El Fad n’en finit pas de réjouir. Pour son comeback sur scène, « Kabour », son personnage fétiche, a gratifié, vendredi soir, la diaspora marocaine à Abidjan d’un spectacle déjanté, fait d’hilarité et de franche rigolade.

Dans une salle bondée au Palais de la Culture d’Abidjan, Hassan El Fad, en humoriste invétéré et ogre de la satire, a ressuscité son personnage culte avec un spectacle sous forme de questions auxquelles « Kabour Bennani Smires », toujours aussi espiègle, répond de la plus décalée et loufoque des manières.

Aux questions que lui adresse le non moins talentueux, le caricaturiste M’barek Abou Ali, Kabour revisite son enfance, fait part de ses rêves et revient sur ses rencontres avec Chaîbiya et Lahbib, les deux autres personnages de la Saga à succès « L’Couple ».

Ses ripostes reconstruisent son passé, son enfance, son mariage et son travail et dépeignent de manière désopilante ses liens sociaux, ses identités et ses préférences. Kabour livre même sa perception des questions d’actualité comme la parité, la peine de mort, le don des organes et l’égalité en matière d’héritage.

En déroulant ses répliques, Kabour est fidèle à lui-même. Il est toujours aussi capricieux, incorrigible, nonchalant et imbu de lui-même.

C’est ainsi que pendant une heure et 40 minutes de rire non stop, le public a eu droit à un humour que Hassan El Fad est allé puiser aux fins fonds des affluents socioculturels desquels s’abreuve le personnage de Kabour et qui en ont fait d’ailleurs une success-story humoristique au niveau national.

En effet, après son inégalable succès sur l’audimat, le fameux personnage « Kabour », le campagnard héros de la série « L’Couple » qui a fait tabac pendant les ramadans 2013 et 2014, se donne une nouvelle vie pour une tournée qui a débuté mercredi dernier à Dakar, et sillonnera le Maroc, l’Europe, le Canada avant un clap de fin en beauté aux Etats-Unis.

Dans une déclaration à la MAP, Hassan El Fad a souligné que c’est de la deuxième fois qu’il adapte un personnage télévisé au théâtre, après le personnage du Docteur « Ghlala » héro du programme « Si Bibi » en 2014.

Il a expliqué que le choix de Dakar comme première étape et d’Abidjan comme seconde s’inscrit dans le cadre de la consécration de la projection africaine du Maroc qui s’est renforcée ces dernières années, confiant qu’il tenait toujours à se produire sur le continent et avoir un contact direct avec les membres de la communauté marocaine établie partout en Afrique.