Kaaris accepte le combat avec Booba: «Il y aura un ring, la télé, autant prendre des sous»

15
DR.

Le rappeur de Sevran, condamné pour la bagarre avec son concurrent à Orly en août, explique au Parisien qu’il est prêt à «aller jusqu’au bout» et à se battre avec lui dans un match de boxe. «Si tu me proposes un combat, il n’y a pas de souci, frérot», lance-t-il.

Booba avait lancé un défi à Kaaris fin décembre: un match de MMA entre les deux hommes pour régler leur différend qui dure depuis des mois. Et son concurrent vient officiellement de relever le gant. Dans un entretien au Parisien, mercredi, le rappeur de Sevran explique maintenant qu’il est prêt à «aller jusqu’au bout». «Je vais lui proposer un vrai contrat, avec 1 million d’euros à la clé. On est en train de le faire, il va le recevoir. Puisqu’il y aura un ring, la télé, autant prendre des sous. Moi je suis prêt», assure-t-il.

Lire aussi: Booba invite Kaaris à «enterrer la hache de guerre» sur un ring de boxe à Bercy

Les deux hommes, et plusieurs de leurs acolytes avaient été condamnés l’été dernier après la bagarre qu’ils avaient organisée en plein aéroport d’Orly. Ils étaient poursuivis pour violences aggravées et avaient écopé de 18 mois de prison avec sursis chacun. Kaaris aujourd’hui veut «remettre les choses dans leur contexte, car c’est une très mauvaise image que l’on montre». «Ce qui s’est passé à l’aéroport d’Orly est très grave, je regrette tout ça, mais j’ai dû me défendre, explique-t-il. [Booba] a raté son coup à Orly et cela le traumatise. Alors, il a lancé cette histoire de combat. Il avait dit au tribunal qu’il voulait “enterrer la hache de guerre” et voilà qu’il propose la guerre. Oui, un combat, c’est la guerre. Où est la logique là-dedans?»

Si Booba ne semble pas décider à «enterrer la hache de guerre», Kaaris n’entend pas de son côté calmer le jeu pour autant. «On est en train de parler de rap, là, s’exclame-t-il. Quand j’ai un problème, je fais face. Mais c’est Booba qui a un problème avec moi. Son but depuis six ans est de tuer ma carrière. Il ne veut pas que je rappe, car selon lui je ne le mérite pas. C’est un enfant gâté qui décide qui doit rapper ou pas. C’est un gosse de riches à qui on n’a jamais dit non et qui pète un câble quand on lui dit non, comme moi.»

Après avoir refusé la première proposition de Booba à 300.000 euros, Kaaris avait assuré dimanche que son avocat avait rédigé un nouveau contrat à un million d’euros pour l’organisation de la rencontre. «Ce combat, je vais le faire. Et on va le faire. T’as compris ou pas?», avait déclaré le rappeur. Après avoir visionné ce message, le Duc de Boulogne avait alors réagi pour presser son rival de renvoyer ce nouveau contrat «J’te laisse mon million garanti, ça te fait 2 millions mon petit Dozo». «Par contre, j’exige un grec sans frites sauce samouraï», avait-il ajouté.

Lire aussi: Vidéo. Le domicile du rappeur Booba cambriolé à Boulogne-Billancourt

Frères ennemis du rap français après avoir été proches, Booba et Kaaris ont été condamnés début octobre à 18 mois de prison avec sursis pour leur retentissante bagarre à l’aéroport parisien d’Orly en août. Ils avaient effectué dans la foulée trois semaines de détention provisoire. Une audience est prévue le 17 janvier pour déterminer les dommages et intérêts, la bagarre ayant occasionné des dégâts évalués à 50.000 euros. Depuis la «bataille d’Orly», les deux pères de famille d’origine francilienne ont continué à se lancer des piques, dans la tradition du clash de rap, et ont accepté de s’affronter à mains nues pour régler leur différend.