France: Alain Soral condamné pour négationnisme à un an de prison ferme

L’essayiste français d’extrême droite Alain Soral a été condamné lundi par la justice française à un an de prison ferme, assorti d’un mandat d’arrêt, pour contestation de l’existence de la Shoah.

Soral, de son vrai nom Alain Bonnet, 60 ans, a été condamné pour avoir publié sur son site des conclusions litigieuses de son avocat dans une autre affaire. Il n’était pas présent à la lecture du délibéré du tribunal correctionnel de Paris.

Son conseil, Damien Viguier, a été condamné à 5.000 euros d’amende pour complicité, en raison du contenu de ses conclusions.

Le tribunal est allé au-delà des réquisitions du parquet à l’encontre de Soral, déjà condamné à plusieurs reprises, notamment pour provocation à la haine raciale.

Lors de l’audience, le 5 mars, l’accusation avait demandé six mois ferme contre lui, et 15.000 euros d’amende contre son avocat.

 

Lire aussi: France: le polémiste Alain Soral condamné à un an de prison ferme pour provocation à la haine raciale

 

Tous deux devront verser un euro symbolique de dommages et intérêts à quatre associations antiracistes parties civiles, ainsi que 1.500 euros au titre des frais de justice, solidairement, à chacune d’entre elles.

En 2016, le site d’Alain Soral, Egalité et Réconciliation, avait publié un dessin représentant sur une Une titrée « Chutzpah Hebdo » le visage de Charlie Chaplin devant l’étoile de David, avec dans une bulle la question « Shoah où t’es? », référence à une Une polémique de l’hebdomadaire satirique « Charlie Hebdo » après les attentats de Bruxelles, « Papa où t’es? ».

Pour cette publication jugée négationniste, Soral est définitivement condamné à 10.000 euros d’amende, avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement.

En novembre 2017, le même site avait publié les conclusions de son avocat Damien Viguier dans cette affaire, qui évoquaient notamment une chaussure et une perruque représentées sur le dessin.

« Chaussure et cheveux font référence aux lieux de mémoire organisés comme des lieux de pèlerinage. On y met en scène des amoncellements de ces objets, afin de frapper les imaginations », avait notamment écrit l’avocat. « La coupe des cheveux se pratique dans tous les lieux de concentration et s’explique par l’hygiène », écrivait-il encore, citant ensuite le négationniste Robert Faurisson.

S’agissant de deux autres détails du dessin, « savon et abat-jour », l’avocat a prétendu que les savons faits à partir de graisse humaine par les nazis ou les abats-jour en peau humaine n’étaient que « propagande de guerre ».

La Licra et l’Union des étudiants juifs de France avaient signalé ces propos au parquet.