FIFM 2018: un cru exceptionnel

- L’Étoile d’or : JOY de Sudabeh Mortezai (Autriche) - Prix du Jury : LA CAMARISTA de Lila Avilés (Mexique) - Prix de la mise en scène : TERET de Ognjen Glavonić (Serbie) - Prix d’interprétation masculine : Nidhal Saadi - REGARDE MOI de Nejib Belkadhi (Tunisie) - Prix d’interprétation féminine : Aenne Schwarz - ALLES IST GUT de Eva Trobisch (Allemagne)

Pendant chaque journée, les différents lieux du festival affichaient complet, avec un public éclectique composé de professionnels, étudiants, journalistes et passionnés de cinéma, qui affluaient aussi en grand nombre pour les «Conversations With», retransmises en direct sur Internet.
La 17ème édition du Festival a également réservé une place centrale au cinéma national en invitant plus de 200 professionnels marocains. Sur les 80 films programmés dans le cadre de la sélection officielle, 12 sont marocains. En plus du film projeté dans le cadre de la compétition officielle («Une urgence ordinaire» de Mohcine Besri), 7 autres films nationaux ont été projetés dans le cadre de la nouvelle section «Panorama du cinéma marocain», qui a attiré un public nombreux, dont des professionnels internationaux qui ont ainsi découvert quelques unes parmi les productions marocaines les plus récentes.
Lire aussi : Diapo. Robert Pattinson à Marrakech: du FIFM à la medina
Quatre autres projections de films marocains ont été programmées sur la place Jemaa El Fna et dans le cadre de l’hommage rendu au cinéaste marocain Jillali Ferhati. En tout, plus de 100 000 personnes ont assisté, durant 9 jours, aux différentes projections et activités du Festival, gratuit et ouvert au grand public.
Dès 11 heures du matin, les salles du Palais des congrès à Marrakech étaient investies par un public nombreux pour la projection des films en compétition. Idem concernant les séances consacrées au Panorama du cinéma marocain, les projections au Colisée, au musée Yves Saint-Laurent ou à l’occasion des séances spéciales avec une programmation de films de très grande facture, nominés pour certains aux Golden Globe Awards pendant leur projections à Marrakech.
Chaque soir, de très grandes stars comme Yousra, Leila Eloui, Martin Scorsese, Abdallah Ferkous, Bouchra Hraich, Laurence Fishburne, Aziz Dades ou encore Monica Bellucci sont allés à la rencontre du public sur la place Jemaa El Fna. La scène installée sur la place mythique de la ville ocre a réuni, à elle seule, près de 70 000 spectateurs durant la durée du Festival, avec une moyenne entre 7000 et 12 000 spectateurs par soir.
Lire aussi : FIFM: voici les films marocains sélectionnés pour la section "Panorama"
Les Ateliers de l’Atlas est un programme qui a tenu, à son tour, toutes ses promesses. Le nouveau programme industrie et développement de talents du Festival International du Film de Marrakech, s’est tenu du 2 au 5 décembre avec le soutien de Netflix. Il a réuni 225 professionnels du Maroc, du Moyen-Orient, d’Afrique, d’Europe et d’Amérique du Nord ainsi que 25 directeurs et programmateurs de festivals internationaux (Cannes, Rotterdam, Busan, Locarno, Morelia, Karlovy Vary, El Gouna, Sofia, Tokyo, etc.).
Les 8 projets en développement et 6 films en post-production sélectionnés dans le cadre de ce programme ont bénéficié de consultations par 17 professionnels internationaux, avant d’être présentés devant les professionnels présents, donnant ainsi lieu à plus de 200 rendez-vous individuels.
Engagement citoyen et social
Plus de 110 personnes non ou malvoyantes, en provenance de toutes les régions du pays, ont également eu accès à une programmation spéciale en audio-description. Elles ont bénéficié d’une prise en charge complète et d’une assistance personnelle pour voir les 5 films programmés en plus des différentes activités organisées en leur faveur (conférences, poésie, chants, musique, etc.). Le jeune public est également venu nombreux assister aux projections qui lui étaient réservées. En tout, 3 500 élèves de la région de Marrakech, accompagnés de leurs instituteurs, ont pu suivre les films programmés dans cette section.
Certains parmi ces enfants accédaient pour la première fois de leur vie à une salle de cinéma. La 17ème édition du Festival international du film de Marrakech a également été marquée par l’organisation, sous la présidence de Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid, d’une nouvelle campagne médico-sociale pour la chirurgie de la cataracte. Elle a eu lieu à l’hôpital Mohammed VI de Tahannaout du 3 au 8 décembre. Cette campagne solidaire et citoyenne a permis d’opérer 322 patients issus de toute la région, en plus de 180 autres ayant bénéficié de corrections optiques avec don de montures. Plus de 650 patients démunis souffrant de la cataracte ont également bénéficie de traitements médicaux gratuits effectués par une équipe d’ophtalmologistes bénévoles.
Après une année de pause et de réflexion, le Festival international du film de Marrakech revient donc avec davantage de force, d’innovation et de contenu cinématographique et artistique. L’événement s’impose comme un rendez-vous cinématographique majeur au Maroc et dans le monde.