Diapo. Palest’ [In] & Out: la Palestine loin des clichés

417

Le festival Palest'[IN] & Out à l’Uzine a été ouvert par le vernissage de l’exposition « Rebuild the bond » « rassemblant les travaux de 8 artistes finalistes des éditions 2015 et 2016 du Prix. H24Info y a convié.  Reportage en images.

Fidèle à sa diversité et à son rôle de soutien aux artistes émergents et confirmés, l’Uzine a accueilli au sein de ses locaux Palest'[IN] & Out, un festival d’art contemporain, riche par son programme éclectique qui touche à presque tous les arts, et qui célèbre la scène émergente palestinienne.

Le festival a invité les lauréats du prix Palest'[IN] & Out en France pour l’édition 2015 et 2016, sélectionnés par des artistes de renommée internationale à présenter leur art au public marocain.

Maria Daif, directrice de l’Uzine nous a confié avoir accueilli le festival à bras ouverts surtout devant la nécessité « d’aider la région à se réapproprier son image médiatique ». C’est d’ailleurs la première fois que les artistes participant à l’événement se produisent hors les murs, la 1ère fois ayant été à Ramallah.

« Organiser ce festival à l’Uzine a été une occasion de permettre à ces artistes de se confronter à un autre public, mais ça les a aussi aidés à se rencontrer! Ces jeunes artistes ont toujours du mal à se rencontrer à cause de problèmes de visa ou de laissez-passer, vu la situation de leur pays » nous a déclaré Amina Hamshari, directrice de l’Institut Culturel Franco-Palestinien, fondateur du prix Palest'[IN] & Out.

« On veut que ces jeunes soient vus comme artistes, pas comme palestiniens seulement. Et dépasser certains stéréotype selon lesquels les Palestiniens ne maîtrisent que l’art du Tatriz (broderie) par exemple ou à d’autres disciplines classiques ».

L’exposition « Rebuild the bond » qui a ouvert le festival vendredi 29 septembre donne une nouvelle image de la Palestine qui nous est présentée sous les yeux des photographes qui lui confèrent une allure nouvelle bouleversant les clichés sur le pays.