Diapo. Lancement d’une exposition itinérante d’art contemporain africain

78
Photo de l'exposition "Prête moi ton rêve" diffusée par la Fondation pour le Développement de la Culture Contemporaine Africaine (FDCCA) le 20 juin 2019. Crédits: AFP/Fouad Maazouz

« Prête-moi ton rêve », une exposition itinérante d’art contemporain africain réunissant de grands artistes du continent, a été inaugurée cette semaine à Casablanca (Maroc), première étape d’une tournée qui l’emmènera au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Nigeria, en Ethiopie et en Afrique du Sud.

 

Chaque escale de cette caravane culturelle, programmée sur un an, s’organise autour de trois événements: l’exposition principale, un hommage à un artiste local qui incarne l’esprit de son époque et une « Carte blanche » consacrée à des artistes du pays hôte et portée par un jeune commissaire résident.

L’exposition principale réunit des œuvres majeures d’une trentaine d’artistes africains reconnus à l’international comme El Anatsui (Ghana), William Kentridge (Afrique du Sud), Chéri Samba (République démocratique du Congo), Barthélémy Toguo (Cameroun), Ouattara Watts (Côte d’Ivoire) ou Abdoulaye Konaté (Mali).

« Montrer l’Afrique sans chercher la validation de Paris, Venise ou Bâle »

« Il est important de montrer l’Afrique en elle-même, par elle-même, sans regard exogène et sans chercher la validation de Paris, Venise ou Bâle », s’enthousiasme Syham Weigant, une jeune commissaire d’exposition marocaine mobilisée pour la « Carte blanche », faisant référence aux villes qui accueillent trois des plus importantes biennales et foires d’art contemporain.

 

Lire aussi : Le pari réussi de l'art contemporain africain à Marrakech

 

Exposée au cœur de la vieille ville de Casablanca, sa sélection audacieuse autour des « vertiges de l’amour », comprend un ensemble de photographies de Mohammed El Baz consacrées au thème « queer » –un sujet tabou au Maroc où l’homosexualité est un délit.

En phase avec la volonté du royaume de développer son influence sur le continent, l’exposition itinérante « Prête-moi ton rêve » a été conçue par une fondation privée réunissant des investisseurs et des collectionneurs, dont le prince Moulay Ismail –le cousin du roi du Maroc Mohamed VI–, avec le soutien de plusieurs grandes entreprises marocaines.

« Dynamiser le marché de l’art africain »

Créée en janvier 2019, la Fondation pour le Développement de la Culture Contemporaine Africaine (FDCCA) ne cache pas son ambition de « dynamiser le marché de l’art africain ».

Ces dernières années ont vu la création africaine affluer sur le marché de l’art et dans les institutions avec des artistes désormais plus connus à l’international que sur le continent africain.

 

Lire aussi : Un hommage d'exception à l'Afrique au Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden

 

Marrakech accueille depuis deux ans la foire 1-54, dédiée à l’art contemporain africain, dans le sillage de la Biennale de Dakar, Dak’Art.

Inaugurée en trois temps cette semaine, « Prête-moi ton rêve » se poursuit jusqu’au 31 juillet à Casablanca, avant Dakar, Abidjan, Lagos, Addis-Abeba et Cape Town puis Marrakech en 2020. Le projet représente un investissement de plus de 1,2 million d’euros.