H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Soudain et sans avertissement, le monde s’est réveillé avec la nouvelle du retour des Talibans à la tête de l’Afghanistan, de son entrée à Kaboul, de son occupation du palais présidentiel et de la levée du drapeau du mouvement sans qu’une seule goutte de sang ne soit versée. Le président, qui avait le soutien de la communauté internationale et l’argent des contribuables américains, quittait Kaboul pour Abu Dhabi.

    Par Mohamed Abdelouahab Rafiqui

    Avant toute tentative d’analyse de cet événement qui a secoué le monde, il faut revenir un peu en arrière, pour connaître ce mouvement, les contextes de son émergence et les fluctuations de son cursus politique et militaire, loin de toutes analyses superficielles, inexactitudes dans les données, et de confusions intentionnelles et non intentionnelles.

    Le mouvement taliban a émergé au début des années 90 du siècle dernier dans le nord du Pakistan, à la suite du retrait des forces de l’Union soviétique et des combats entre les factions « Mujahideen » au sujet de la prise de pouvoir en Afghanistan. Il a été fondé par des élèves d’écoles religieuses appartenant aux tribus pachtounes, et « Taliban » signifie étudiants en langue pachtoune.

    En 1996, le mouvement a pu entrer à Kaboul et annoncer la création de « l’Émirat islamique » qui a renversé le régime du président Burhanuddin Rabbani, au milieu d’un accueil populaire. Les Afghans étant fatigués de l’état de guerre et de chaos que le pays connaissait depuis près de vingt ans.

    Mais le mouvement taliban n’aurait pu établi son contrôle sur tout le pays, en particulier les régions du nord, qui étaient contrôlées par le célèbre chef militaire Ahmed Shah Massoud, sans l’aide des restes « moudjahidines arabes » qui ont profité de la faiblesse de l’État pour établir un certain nombre de camps d’entraînement en Afghanistan. C’est là que débutèrent les erreurs fatales du mouvement.

     

    Lire aussi: La chronique d’Abou Hafs. Maroc/Israël: la difficile, mais nécessaire normalisation

     

    Au moment de sa création, les Talibans n’avaient pas l’intention de se transformer en un mouvement terroriste. C’était un mouvement religieux et strict dans son application de ce qu’il considérait comme conforme à la loi islamique. Il obligeait les femmes à porter le « Tchador », empêchait leur éducation, réprimait les libertés, démolissait des statues et supprimait des tableaux, mais en retour il cherchait à obtenir une légitimité internationale. Le régime taliban avait été reconnu par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Pakistan et il a même demandé un siège aux Nations Unies, ce qui le rendit sujet aux critiques de plusieurs djihadistes à l’époque.

    Cependant, al-Qaida, avec sa malice politique, a pu employer les Taliban et en faire un incubateur de djihadistes, surtout après le grand cadeau qu’Oussama ben Laden a fait au mollah Muhammad Omar, qui était l’assassinat de Massoud, le plus grand ennemi du mouvement, cela a davantage impliqué les Talibans et approfondi ses liens avec al-Qaïda, malgré le grand désaccord entre les deux partis sur le plan idéologique: Al-Qaida s’appuie sur le salafisme wahhabite, tandis que les talibans adhèrent à la doctrine de la « Matauridia », qui est proche de la foi ash’arite, la croyance marocaine. De même, le mouvement, comme le reste de l’Afghanistan, adopte l’école hanafi dans ses choix jurisprudentiels, contrairement à al-Qaida, qui adopte la stricte école de pensée hanbali.

    Les Talibans paieront le prix de cette alliance après les événements du 11 septembre, alors qu’Oussama ben Laden s’était auparavant engagé auprès du mollah Omar à ne pas attaquer les États-Unis depuis le sol afghan avant de demander une fatwa à certains des cheikhs pour se débarrasser de cette alliance en se fondant sur le fait que ce travail est dans l’intérêt de l’islam et des musulmans, tout comme les événements de Washington et de New York dont les talibans n’étaient pas au courant, et le mollah Omar aurait pu se débarrasser du dilemme en livrant ben Laden, mais le Conseil des érudits talibans, qui est composé d’un certain nombre de « Foqaha' » avec une pensée et une vision limitées, a émis une fatwa interdisant à l’unanimité au mollah Omar de rendre Oussama, car religieusement il n’est pas permis de livrer un musulman à un infidèle, comme indiqué dans la fatwa, et c’est la décision qui a causé à l’Afghanistan deux décennies de guerre et de destruction.

     

    Lire aussi: La chronique d’Abou Hafs. La fête du trône et le modèle marocain

     

    Malgré les centaines de milliards que l’Amérique a dépensés pour la guerre, l’armement et l’entraînement de l’armée afghane, les Talibans ont maintenu leur puissance de combat et ont réussi à forcer les États-Unis à engager des négociations directes et à rechercher de solutions possibles, négociations que Doha a accueilli à plusieurs reprises, et s’est terminé par la signature d’un accord historique. Il stipule le retrait des forces américaines au milieu de 2021, qui était le mois de mai, et ses répercussions ont conduit à l’entrée des Talibans à Kaboul avant de reprendre le pouvoir en douceur.

    Il est donc clair que le retour des Talibans aujourd’hui dans l’arène a été fait sous les auspices américains. Ce sont les États-Unis qui ont facilité cette transition, peut-être avec une volonté d’employer le mouvement contre ses opposants traditionnels dans la région, comme la Russie et la Chine , mais il est superficiel de dire que le mouvement, qui depuis deux décennies a acquis une légitimité nationale et se présente comme une résistance à l’occupation, s’est transformé du jour au lendemain en un agent local pour les États-Unis, surtout avec le changement de l’environnement stratégique de la région à par rapport à il y a vingt ans. En effet, Le Pakistan, incubateur historique des Talibans, est devenu un partenaire stratégique de la Chine, économiquement, sécuritairement et politiquement, et les États-Unis soutiennent l’Inde pour concurrencer les chinois, et il est donc difficile pour les Talibans d’entrer en affrontement avec la Chine ou même avec la Russie, mais ce que je prévois, c’est que les talibans profiteront de leurs erreurs passées et qu’ils passeront d’un mouvement religieux extrémiste à un État pragmatique, et l’influence de l’idéologie diminuera dans la détermination de ses positions et politiques envers différents pays et partis, ce qui a été confirmé par les déclarations des dirigeants du mouvement depuis le premier jour de leur entrée à Kaboul.

    Cependant, la question importante est: est-ce que les talibans abandonneront leurs politiques intérieures dures ? La nouvelle génération de dirigeants a-t-elle fait des révisions intellectuelles ? Les talibans peuvent-ils abandonner leurs idées médiévales, ouvrir le champ des libertés, protéger les droits humains, honorer et éduquer les femmes et leur donner tous leurs droits ? Quel sera le statut des minorités dans le nouvel État ? Sur quelles lois pénales seront basés? Il est trop tôt pour donner une réponse définitive aujourd’hui, et seul le temps nous le dira.

    Share.

    Comments are closed.