H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    L’Institut français de Casablanca lance une programmation riche et variée pour finir en beauté le dernier trimestre de l’année 2021. Après des mois d’inertie dus à la pandémie, on assiste au retour des projections cinématographiques et des spectacles vivants. La littérature demeure le parent pauvre de cette sélection.

    « La saison 2021/2022 sera celle du renouveau! », annonce l’Institut français de Casablanca dans un communiqué de presse. « Une saison riche et forte. On espère que le public sera au rendez-vous. Il faut que ce dernier apprenne à retrouver le chemin des expositions, des spectacles. Et nous à l’Institut français, on fait le pari que ça va être possible », a déclaré de son côté le nouveau directeur de l’institut, Gaëtan Pellan, lors d’une conférence de presse donnée mercredi sur la programmation culturelle du dernier trimestre de l’année 2021.

    Une programmation qui commence déjà par le cinéma, avec une sélection de films français, marocains et internationaux récemment sortis en salle, tels que Les Indes galantes, GagarineL’homme qui a vendu sa peau, Zanka contact ou encore Gaza mon amour. Pour fêter le retour du cinéma dans le réseau des salles de l’IF Maroc, des réalisateurs et des comédiens viendront présenter leur film lors de projections évènement.

    Dans Les Indes Galantes, les danseurs et chorégraphes réinventent ensemble le chef-d’œuvre baroque éponyme de Jean-Philippe Rameau. Documentaire de Philippe Béziat projeté à l’IF le jeudi 7 octobre prochain.
    Zenka contact, une histoire d’amour explosive dans les nuits casablancaises entre une rock star déchue, Larsen Snake, et Rajae, une file de la rue à la voix d’or. Un film d’Ismaël El Iraki projeté à l’IF les 28 et 30 novembre.

    Le ciné jeunesse et le cinéma d’animation auront également une place importante dans cette programmation. Le Festival International du Cinéma d’Animation de Meknès (le FICAM) sera sans nul doute l’un des moments forts du trimestre, avec pas moins de six films proposés au public, du 10 au 24 octobre, parmi lesquels L’extraordinaire voyage de Marona d’Anca Damian et Petit vampire de Joann Sfar à qui l’on doit le célèbre Chat du rabbin.

    Petit Vampire de Joann Sfar sera projeté à l’IF le 13 octobre.

    Du 6 au 9 octobre, aura lieu la 7e édition des Rencontres Chorégraphiques de Casablanca, dirigées par la Compagnie Col’jam qui mettront à l’honneur la nouvelle génération des danseurs marocains au travers d’une «Plateforme jeune création». Othman Sellami, Mehdi Dahkan, Salima Moumni, Manal Tass entre autres figurent parmi les artistes retenus.

    Othman Sellami, chorégraphe et interprète, performera le vendredi 8 octobre à 19H00
    à l’Institut français de Casablanca.

    Du 23 au 27 novembre, le Festival International d’Art Vidéo prendra ses quartiers à l’IF et dans d’autres lieux partenaires. Portée par la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Ben M’sik, cette édition accueillera le Québec en invité d’honneur.

    Parmi les rendez-vous phare de l’Institut français, nous retrouverons Novembre Numérique – un mois dédié aux cultures numériques sous toutes leurs formes: exposition, spectacle, ateliers, concert… – ainsi que la Nuit des philosophes – l’évènement majeur pour le débat d’idées – le samedi 4 décembre.

    Tout au long du trimestre, le public pourra découvrir dans les espaces de l’IF ou dans des lieux partenaires des spectacles venus de France, du Maroc ou d’ailleurs. L’agenda culturel est mis à jour régulièrement sur le site de l’IF.

     

    Lire aussi : Gad Elmaleh annule plusieurs spectacles « pour un petit problème de santé »

     

    Cette dernière saison 2021 fait d’ailleurs la part belle aux résidences d’artistes. Onze artistes ou compagnies en résidence artistique pour des projets cirque, théâtre, danse, arts numériques, bande-dessinée et performance auront l’occasion de présenter leur création au public.

    Parmi les projets, il y en a un « qui résume à lui seul notre travail », exprime Sofiane Benkhassala, chargé de mission action culturelle à l’IF de Casablanca. Ce projet, c’est « Espace cirque », dont les artistes créeront in situ des œuvres adaptées à quatre lieux de l’institut: la médiathèque, le jardin, le musée numérique et le hall d’entrée. Cette performance aura lieu demain, samedi 2 octobre, de 17 à 20h, en conclusion d’une journée d’ateliers et de rencontres autour des arts du cirque.

    « Ce projet a nécessité des mois d’échange. Il a pour but de faciliter l’accès aux artistes qui subissent des restrictions, de créer là où normalement on ne peut pas créer. Un projet qui résume les différentes missions de l’institut français », estime Sofiane Benkhassala.

    La littérature, parent pauvre de cette programmation

    Si la programmation est riche en spectacles et projections cinématographiques, les rendez-vous littéraires se font plus timides. Le teaser vidéo projeté lors de la conférence n’en fait même pas mention. Ce qui n’a pas échappé à Abdelkader Retnani, éditeur et président de l’Association marocaine des professionnels du livre (AMPL), présent à l’évènement. En effet, l’Institut français de Casablanca a eu l’habitude d’organiser de nombreuses rencontres entre auteurs et public, « une tradition qui j’espère ne se perdra pas », a émis Retnani.

    « S’il vous plait, encouragez la lecture et les auteurs marocains », a-t-il adressé à l’équipe de l’IF, rappelant l’existence de nombreux jeunes talents marocains qui méritent d’être mis en avant. A ce titre, il a évoqué l’écrivaine et chroniqueuse Loubna Serraj, lauréate du 3e Prix Orange du Livre en Afrique reçu en juin pour son premier roman « Pourvu qu’il soit de bonne humeur ».

    « Le programme n’est pas encore exhaustif et le livre ne sera pas oublié », a rassuré de son côté le directeur de l’IF Casablanca, Gaëtan Pellan.

     

    Lire aussi : 10 livres à emporter dans son sac cet été

     

    Dans l’agenda culturel, une seule rencontre avec un auteur est pour le moment prévue pour ce trimestre (10 décembre). Il s’agit de l’écrivain français Edouard Louis qui, à 28 ans, vient de publier son cinquième roman intitulé « Changer: méthode ». Ses premiers ouvrages ont été traduits dans une vingtaine de langues. A part ça, on note une rencontre autour de la rentrée littéraire en partenariat avec la librairie LivreMoi (10 novembre).

    Par ailleurs, l’Institut sera très bientôt équipé d’un nouvel outil: le Fablab. Situé au premier étage de la médiathèque de l’IF Casablanca, il sera composé de deux studios professionnels qui permettront aussi bien aux jeunes casaouis d’expérimenter avec la création audiovisuelle, qu’aux artistes locaux ou en résidence à l’IF de disposer du matériel nécessaire pour la réalisation de leurs pièces.

    Un espace atelier, équipé de divers outils, permettra de plonger dans le monde de la création interactive (robotique ou jeux vidéo par exemple): ordinateurs performants, outils de prototypage numérique, joysticks, tablettes graphiques, etc. Lieu unique dédié au DIY, le Fablab de l’IF Casablanca ambitionne de devenir un véritable espace collaboratif de fabrication numérique pour tous.

    Les dates des évènements sont connues, seuls les horaires sont susceptibles de changer. Pour rester informés, rendez-vous sur le site internet ou les réseaux sociaux de l’IF Casablanca.

    Share.

    Comments are closed.