H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Allègement des restrictions, couvre feu retardé, situation épidémique stable… Tous les indicateurs sont au vert pour reprendre le chemin des événements culturels! Voici notre sélection pour ce premier weekend d’octobre.

    « Espaces cirque », à la découverte des arts acrobatiques

    Depuis le parvis, en passant par la médiathèque, le musée numérique et le jardin de l’Institut français de la ville blanche, suivez le bonhomme sans tête, pour un trajet ponctué de numéros de cirque crées par les artistes résidents de l’Espaces Cirque. A l’issue de cette déambulation acrobatique, rendez-vous au théâtre 121 avec Said Mouhssine Saidhipi et Mustapha Swinga pour un bout de leur spectacle «First contact» en format revisité. Cet événement est précédé d’une journée d’ateliers et de rencontres autour des arts du cirque.

    Quand? Samedi 2 octobre de 17h à 20h pour la sortie de résidence. Ateliers et rencontres de 10h à 17h. Programme complet ici.
    Où? Institut français de Casablanca, 121 bd Zerktouni.
    Prix? Entrée libre.

    Le Miracle du Saint Inconnu d’Alaa Eddine Aljem

    Si vous ne l’avez pas encore vu, c’est l’occasion d’y aller ce weekend afin de ne pas manquer le premier long-métrage du jeune et prometteur réalisateur marocain Alaa Eddine Aljem. Au beau milieu du désert, Amine court. Sa fortune à la main, la police aux trousses, il enterre son butin dans une tombe bricolée à la va-vite. À sa sortie de prison, l’aride colline est devenue un lieu de culte où les pèlerins se pressent pour adorer celui qui y serait enterré: le Saint Inconnu. Obligé de s’installer au village, Amine va devoir composer avec les habitants sans perdre de vue sa mission première: récupérer son argent. Le film a été présenté à la semaine de la critique à Cannes en 2019. C’est également l’occasion de voir un film dans un cinéma historique tel que le Lutetia à Casablanca qui propose plusieurs séances jusqu’au 5 octobre.

    Quand? Vendredi 1er octobre à 14:00, 16:00 et 18:00. Dimanche 3 octobre à 11:00. Le film sera aussi projeté du 29 septembre au 5 octobre. Séances à 14:30 et 17:00 tous les jours (sauf vendredi).
    Où? Cinéma Lutetia, 9 rue Tata (ex-rue Poincaré), Casablanca. Parking à proximité rue Vizir Tazi.
    Prix? Orchestre: 30 DH. Balcon: 40 DH. Tarif séances spéciales/cinéphiles: 40 DH.

    Concert-lecture « L’eau de la vie » avec Dina Bensaïd et Hassan El Jaï

    Pour leur première collaboration, le comédien Hassan El Jaï (à qui l’on doit une adaptation à succès de « Soufi mon amour » d’Elif Shafak) et la pianiste Dina Bensaïd (directrice artistique de l’OPM) choisissent d’adapter en lecture musicale un conte des Frères Grimm, revisité pour le théâtre par Olivier Py: « l’Eau de la Vie ». Synopsis: le roi est très malade, et seule l’Eau de la Vie peut le sauver. Alors ses deux fils les plus âgés – l’Aîné et le Puîné, partent tour à tour à la recherche du remède dans le seul espoir d’être les héritiers du royaume. Le troisième et dernier fils, le Benjamin, partira lui aussi dans le seul espoir de sauver son père. Mais que peut un cœur pur contre l’ambition, la ruse, le mensonge et la cruauté d’un monde désenchanté? À travers un voyage inédit de sens et de sons, le public est invité à découvrir à la fois une histoire empreinte de sagesse universelle, et un large répertoire pour piano et violon (joué par Mohammed El Hachoumi).
    Quand? Dimanche 3 octobre, à 16h et 18h (deux séances).
    Où? Restaurant Palais Soleiman, bd 11 Janvier, Kaa machraa, N8, Marrakech.
    Prix? Tickets en vente sur guichet.com (places limitées) à 200 DH.

    Regards sur la ville, avec Rachid Boufous

    Le café culturel Papers Club lance un cycle de conférences «Regards sur la ville». Un rendez-vous mensuel qui verra chaque premier samedi du mois une figure de diverses disciplines parler de la ville. Pour cette première rencontre, c’est l’architecte-urbaniste Rachid Boufous qui viendra partager son regard particulier sur la ville et échanger avec le public. La rencontre sera modérée par Ahmed Hamid Chitachni, anthropologue et cofondateur du groupe Facebook « Save Casablanca ».
    Quand? Samedi 2 octobre de 15h30 à 17h30.
    Où? Papers Club, 108 Rue Brahim Nakhai, Casablanca.
    Prix? Entrée libre.

    Parcours des Arts de Tanger

    L’Institut français de Tanger, en partenariat avec les institutions culturelles et l’ensemble des galeries d’art, organise la 3e édition du «Parcours des Arts de Tanger». Cette démarche vise à créer un espace commun qui fédère les lieux d’exposition et valorise les arts plastiques. Cette 3e édition propose de découvrir 17 artistes à travers douze espaces culturels et artistiques iconiques de la ville du Détroit, tels que la Légation américaine, la librairie Les Insolites ou encore la Galerie Delacroix. Le point de départ de cette déambulation a lieu à la Galerie d’Art Mohamed Drissi. Tous les détails en cliquant ici

    Quand? Du 2 au 31 octobre.
    Où? 12 lieux de Tanger, point de départ à la Galerie d’Art Mohamed Drissi, 52 rue d’Angleterre.
    Prix? Entrée libre.

    Exposition de Mounia Amor à So Art Gallery

    La plasticienne Mounia Amor livre à travers ses dernières créations une vision subliminale du monde. Son univers pictural joue sur la dualité de l’ombre et de la lumière, une partition scintillante qui met à l’honneur des scènes de vie à la singularité fascinante. Les traits géométriques, les visages déstructurés, les courbes anguleuses et les formes cubiques s’habillent tantôt de couleurs chaudes, tantôt de couleurs froides pour révéler des détails d’une belle précision. Oniriques et poétiques, les tableaux de l’artiste révèlent une approche esthétique mûrement réfléchie et une intensité stylistique originale. L’actuelle exposition constitue un jalon important dans le parcours de Mounia Amor qui célèbre non seulement ses 20 ans de carrière, mais aussi et surtout sa pleine maturité artistique. Considérée à juste titre comme une artiste contemporaine de la nouvelle vague, Mounia Amor est une plasticienne alchimiste. Sa palette riche de signes, de symboles et de motifs géométriques est l’expression d’une sensibilité à fleur de peau, et d’une philosophie de la vie qui aspire à rendre le monde plus beau, et à partager, en offrande, une vision esthétique et un hymne à la vie.

    Quand? Jusqu’au 28 octobre.
    Où? So Art Gallery, Essayouti Place des Iris, 29 Rue Jalal Eddine Sayouti, Casablanca.

    Share.

    Comments are closed.