À Pompéi, les archéologues découvrent un fabuleux «trésor de sorcier»

à 18:00
DR.

Les chercheurs ont mis au jour une boîte contenant de nombreux objets précieux utilisés, pensent-ils, pour des rituels magiques. Ces bijoux et porte-bonheur ont été miraculeusement conservés par la matière volcanique solidifiée autour du coffre en bois.

La Maison du Jardin n’avait pas livré tous ses secrets. Après la découverte, sur ses murs, d’un graffiti remettant en cause la date de l’éruption du Vésuve, les archéologues y ont trouvé lundi un fabuleux butin. Améthystes, corallines, ambres, perles de verre, amulettes ont été retrouvées au cœur de la cité antique italienne de Pompéi, dans la région V du parc archéologique, le nouveau secteur d’étude archéologique.

La présence de porte-bonheur, figurines représentant le dieu du vin et de la fertilité Dyonisos, amulettes et statuettes en os a poussé les archéologues à surnommer cette découverte «le trésor du sorcier». Ou plutôt de la sorcière.

 

Lire aussi: L’une des plus anciennes mosquées du monde découverte en Israël

 

Dans la chambre où se situait la boîte, les archéologues ont déterré une dizaine de corps de femmes et d’enfants victimes de l’éruption du Vésuve en 79 après Jésus-Christ. Le trésor aurait donc appartenu à ses femmes, qui étaient vraisemblablement des esclaves. Car le coffre est dépourvu d’objets en or, synonymes de richesses et très prisés par la noblesse de Pompéi. Mais vu la qualité de ces objets, le maître de maison devait être un homme de haut rang.

«Ils pourraient avoir été portés pendant des rituels, en tant que charmes contre la malchance plutôt que comme ornements», affirme à la BBC Massimo Osanna, directeur du parc archéologique de Pompéi.

«Ces objets de la vie de tous les jours des femmes sont extraordinaires car ils racontent des microhistoires. Ce sont les biographies des habitants de la cité qui ont tenté d’échapper à l’éruption», poursuit-il.

 

Lire aussi: Diapo. Arrestation à Berrechid d'un “sorcier” et d'une dizaine de ses clients

 

Si l’éruption du volcan a décimé la population, elle a miraculeusement conservé la ville grâce aux cendres qui l’ont enseveli. Du coffre dans lequel étaient contenus les objets, il ne reste que les charnières en bronze. Les parois en bois se sont décomposées au fil du temps. La matière volcanique qui s’est durcie autour de la boîte a permis de préserver les artefacts enfermés à l’intérieur.

Pendant l’Antiquité, le recours à la magie pouvait servir à aider toutes les étapes de la vie, de la fertilité ou la séduction, à la naissance d’un enfant ou la réussite d’un mariage. Dans cette région de Campanie, les tremblements de terre ont pu stimuler le recours à ces pratiques. Elles n’ont manifestement pas suffi à empêcher l’éruption du Vésuve.