Afrique du Sud: le procès de Zuma pour corruption reporté en août

Publié le
procès de Zuma
L'ex-président sud-africain, Jacob Zuma devant la Cour de Pietermaritzburg en Afrique du Sud, le lundi 17 avril 2023. (Photo by Kim LUDBROOK / POOL / AFP)

Le procès de Zuma pour corruption, déjà maintes fois repoussé, a été reporté lundi au mois d’août. L’ex-président sud-africain est accusé d’avoir touché des pots-de-vin du groupe français de défense Thales il y a plus de vingt ans,

Cette fois, le nouveau juge qui siège au tribunal de Pietermaritzburg (sud-est) – l’ancien s’étant récusé en janvier – a décidé de donner du temps à M. Zuma, qui a fêté ses 81 ans la semaine dernière, pour préparer un nouveau recours.

Le juge Nkosinathi Chili a ainsi repoussé le procès au 15 août pour entendre ce nouveau recours de M. Zuma, qui vise à faire récuser le procureur général au procès, Billy Downer, qu’il accuse de partialité et d’avoir fait fuiter des éléments du dossier dans la presse.

L’ancien chef d’Etat (2009-2018) est poursuivi pour 16 chefs d’accusation d’escroquerie, corruption et racket. Thales est aussi poursuivi pour corruption et blanchiment d’argent.

Le procès avait débuté en mai 2021, après avoir déjà accumulé un retard monstre en raison notamment de multiples recours de l’accusé et des reports obtenus par ses avocats invoquant des raisons de santé.

Un rapport sur la corruption inédite sous la présidence Zuma, si importante qu’elle a été baptisée « capture de l’Etat » par les Sud-Africains, a été rendu public l’an dernier par une commission ad hoc, mettant en lumière le rôle central de l’ex-chef d’Etat dans le pillage systématique des caisses publiques.

Lire aussi. Afrique du Sud: Zuma se rend à la police pour purger une peine de 15 mois de prison ferme

Lors d’une audience en juillet 2021, un avocat de l’accusation, Wim Trengove, avait ironisé sur un procès qui prenait les allures d’une bataille de « Stalingrad, saison 27 ».

En janvier dernier, le juge Piet Koen, qui la présidait jusqu’à présent, s’est récusé et a été remplacé par le juge Nkosinathi Chili. La récusation du juge Piet Koen est intervenue en raison de la demande de Zuma pour la révocation du procureur principal, l’avocat d’État Billy Downer.

La demande devrait être basée sur les poursuites privées que Zuma a engagées contre Downer pour des allégations selon lesquelles il aurait divulgué des informations médicales confidentielles à la presse.

Son équipe juridique compte à nouveau déposer une autre demande visant à retirer l’avocat de l’État Billy Downer de cette affaire.

Entre-temps, Downer et la journaliste Karyn Maughan, que Zuma poursuit également en privé, ont tous deux déposé des demandes pour que les affaires contre eux soient examinées et annulées. Ces demandes ont été entendues par la Haute Cour de Pietermaritzburg le mois dernier et le jugement est en attente.

Le procès pour corruption de l’ex-président sud-africain et de l’entreprise d’armement française «Thales» a été reporté à plusieurs reprises devant la Haute Cour de Pietermaritzburg.

Zuma et l’entreprise Thales font face à des accusations de corruption, de blanchiment d’argent, d’évasion fiscale et de racket.

Sujets

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

Afrique du Sud: le procès de Zuma pour corruption reporté en août

S'ABONNER
Partager
S'abonner