Prostitution de luxe à Marrakech: des VIP koweïtiens interpellés en flagrant délit dans une villa

à 10:56

Des Koweïtiens qui occupent des postes assez importants dans leur pays ont récemment été arrêtés lors du démantèlement d’un réseau de prostitution de luxe à Marrakech, rapporte le quotidien Al Massae, dans son édition du mercredi 9 août.

Personne ne s’attendait à ce que les individus arrêtés lors du démantèlement récent d’un réseau de prostitution de luxe à Marrakech soient si distingués.  Il s’agit de Koweïtiens qui occupent des postes assez importants dans leur pays, rapporte le quotidien AL Massae dans son édition du mercredi 9 août 2017.

En effet, citant les éléments de l’enquête menée par la police de Marrakech, le journal précise qu’il est question d’un procureur adjoint de 36 ans, d’un avocat de 33 ans, divorcé et père de deux filles, d’un homme d’affaires célibataire âgé de 30 ans, ainsi qu’un fonctionnaire divorcé et sans enfants. Selon la même source, ces quatre ressortissants koweïtiens seraient arrivés de Barcelone à la ville ocre, via l’aéroport de Marrakech.

Le réseau a été démantelé à l’issue d’une opération de la brigade touristique qui a arrêté récemment les prévenus, 4 ressortissants koweïtiens et 9 Marocaines et Marocains, en flagrant délit dans une villa, affirme Al Massae.

Et d’ajouter que le parquet général de Marrakech a décidé de laisser en liberté provisoire les ressortissants koweïtiens, en attendant leur comparution vendredi prochain, jour du verdict.

Pour leur part, les 3 filles de joie sont poursuivies en état de détention.

Parmi les personnes interpellées figurent le gardien de la villa, la cuisinière, une gouvernante, le propriétaire de la villa, la gérante et la directrice commerciale.

Selon le journal, des sources proches de l’enquête ont relevé que les mises en cause ont déclaré avoir rencontré les touristes koweïtiens dans une boîte de nuit dans le quartier huppé de l’Hivernage.

Elles ont ainsi convenu avec leur client du prix pour leurs services, la somme variant entre 3000 et 5000 dirhams par fille et par nuit.

De leur côté, les Koweïtiens ont affirmé à la police avoir rencontré leurs clientes par l’intermédiaire d’un certain Simo qui leur a facilité la location d’une villa à plus de 5000 dirhams la nuit.

Ainsi les personnes impliquées dans cette affaire sont accusées à des degrés divers, de «prostitution, proxénétisme et incitation à la débauche ».